Affaires

Disparition brutale de Abderazzak El Mossadeq

Par L'Economiste | Edition N°:1941 Le 19/01/2005 | Partager

. Monsieur Douane décède dans un accident de la circulation . Mise à niveau, Commerce et Industrie… le défunt a occupé de hauts postes de responsabilitéTriste nouvelle. Ce matin du 18 janvier l’information s’est répandue comme une traînée de poudre. Abderazzak El Mossadeq, ex-directeur général de la Douane et ancien ministre délégué chargé des Affaires générales, des affaires économiques et de la mise à niveau de l’économie n’est plus. Il est décédé dans de tragiques circonstances le 17 janvier dans la soirée. Son second plus grave accident de la circulation survenu près de Témara, lui a coûté la vie. A l’âge de 56 ans. Son enterrement devait avoir lieu hier 18 janvier à 15h00 à Rabat. Sa mort est une perte aussi bien pour sa petite famille que pour le pays. Ce commis de l’Etat, promoteur de la Mise à niveau, a laissé derrière lui un long parcours parsemé de réussites et de défis.Abderazzak El Mossadeq a occupé plusieurs postes dans le secteur public. Et le dernier en date, en novembre 2002, est celui de ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des Affaires économiques et générales et de la mise à niveau de l’économie. Il a été Monsieur mise à niveau du gouvernement Jettou jusqu’en juin 2004. Depuis, il a intégré le ministère du Commerce, de l’Industrie, sans responsabilité fixe. A la Douane où il a passé de nombreuses années (de 1998 à 2003) en tant que directeur général, Mossadeq était très apprécié des professionnels, les transitaires notamment et aussi les textiliens. D’ailleurs ces derniers gardent encore le souvenir de l’affaire des Admissions temporaires, que le défunt avait réussi à solutionner avec brio. Mossadeq, qui était réputé pour son franc-parler, a passé le relais de la douane en septembre 2003 à Mohamed El Alj. Le passage du défunt à la tête de cette administration, depuis qu’il a succédé à Noureddine Omary, a été couronné de succès. Plusieurs réalisations à son actif: assouplissement des procédures, facilitation du contact avec les opérateurs, introduction des NTI… D’ailleurs, c’est sous son mandat que l’EDI (échange informatisé des données) a été mis en place. Né le 2 mars 1948 à Kénitra, El Mossadeq était titulaire d’une licence en mathématiques de la Faculté des sciences de Rabat et d’un DEA dans la même discipline de la Faculté des sciences de Grenoble. Il a également obtenu le diplôme d’ingénieur statisticien de l’Ecole nationale de la statistique et de l’administration économique de Paris, promo 72. Il débute sa carrière professionnelle la même année en tant qu’ingénieur, puis chef de service à l’Office national de l’eau potable (ONEP). Il quittera ce poste en octobre 1974 pour être chargé de mission auprès du Premier ministre. En janvier 1980, il est nommé, et ce jusqu’en février 1983, secrétaire général de l’Office pour le développement industriel (ODI). Puis, il devient directeur général de l’Industrie au ministère du Commerce et de l’Industrie. Lorsque l’ODI se réorganise, El Mossadeq y retourne pour occuper la fonction de directeur général. Il a assumé cette fonction jusqu’en janvier 1992, date à laquelle il le quitta pour le poste de secrétaire général du ministère du Commerce et de l’Industrie. D’août 1997 à mars 1998, période du gouvernement de transition, il est secrétaire d’Etat auprès du ministre des Finances chargé du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat. Il a accompagné le superministère dans la mise en place du vaste programme de mise à niveau. El Mossadeq est marié et père de deux enfants (une fille et un garçon).


Condoléances

Tout le personnel de L’Economiste s’associe à la douleur de la famille El Mossadeq et lui présente ses sincères condoléances pour la tragique disparition du regretté Abderrazak El Mossadeq. Puisse Dieu avoir le défunt en Sa Sainte Miséricorde. Nous sommes à Dieu et à Lui nous retournons. Nadia DREF

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc