Affaires

Bourse: Le «BCEI 20» entre en scène le 1er décembre

Par L'Economiste | Edition N°:3158 Le 27/11/2009 | Partager

. Développé par BMCE Capital, il représente 84% du capital flottant sur le marché. La gestion indicielle, une alternative pour la gestion d’actifs«Fournir des solutions aux gestionnaires d’actifs». C’est l’une des motivations qui a poussé BMCE Capital à créer un nouvel indice boursier, le BMCE Capital Index Equity 20 (BCEI 20), comme l’explique Houssam Barakat, directeur Quants & Risk Management. Opérationnel à partir du 1er décembre, cet indice répond également à une triple problématique. En premier lieu, la représentativité de la Bourse. «A cet effet, il représente plus de 84% du capital flottant global», indique Barakat. Deuxièmement, la liquidité. Et pour cause, les composantes de l’indice doivent offrir à l’investisseur la possibilité de traiter au prix affiché un volume important. Le troisième élément est la réplicabilité. «Les gestionnaires d’actifs devraient pouvoir répliquer la constitution de l’indice», soutient le directeur. Et d’ajouter, «il doit donc capter la même performance tout en respectant les règles prudentielles mises en place par le CDVM». «C’est là principalement qu’est notre singularité et qu’intervient le rôle des ingénieurs financiers pour modéliser ces règles sous forme d’équations et leur donner des solutions optimales». A partir de ces critères, la banque d’affaires a mis en place un classement de 20 valeurs en affectant une pondération à chacune. «Le choix a porté sur 20 valeurs simplement parce qu’il coïncide avec un degré de représentativité et de corrélation très important avec le Masi», précise Barakat. De plus, il ne faudrait pas «épuiser» les investisseurs qui veulent répliquer l’indice. Cette initiative de BMCE Capital s’inspire des tendances observées sur le marché international des capitaux. En effet, la gestion indicielle prend de plus en plus de place sur les marchés occidentaux puis qu’elle constitue une sérieuse alternative pour la gestion d’actifs. Le BCEI 20 devrait faciliter l’implantation et le développement des produits dérivés et des contrats à terme dont le lancement est toujours attendu. Cependant, comme l’indique Barakat, «le BCEI 20 n’est pas là pour faire de l’ombre aux autres indices, mais pour cohabiter avec eux et les complémenter». Par ailleurs, BMCE Capital a mis en place un département Quant de jeunes ingénieurs financiers. Il est en charge de modélisation financière et de la recherche quantitative. Ce dernier doit répondre aux différents problèmes rencontrés au niveau de la banque d’affaires qui nécessitent une résolution mathématique. «Il doit transcrire les attentes des investisseurs en équations et y apporter des solutions», explique Barakat. Ce qui n’est pas une mince affaire.M. A. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc