Entreprises

El Menzel: Pourquoi l’ONEE a changé d’avis

Par Safall FALL | Edition N°:4797 Le 17/06/2016 | Partager
Appels d’offres annulés pour l’usine hydroélectrique
Le projet sera finalement transformé en Step
Le productible du barrage a été revu à la baisse
el_menzel_onee_097.jpg

Deux prêts d’un montant global de près de 5 milliards de DH ont été alloués par la BAD et FTP à l’Officepour le renforcement de ses moyens de production (Ph. L’Economiste)

L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) revoit sa copie sur le projet de complexe hydroélectrique «M’Dez-El Menzel», situé à 45 km environ au sud-est de la ville de Sefrou. A la place de l’usine hydroélectrique d’un minimum de 125 MW initialement prévu, l’Office compte y développer une Station de transfert d’énergie par pompage (Step). Les détails du redimensionnement de ce projet ne sont pas encore dévoilés. «Le productible à partir de ce site a été revu à la baisse. Nous allons reprendre toutes les études pour transformer le complexe en une Step», explique une source proche du dossier. Ce qui est certain, c’est que cette future station viendra renforcer celle déjà existante d’Afourer (460 MW), et une troisième encore en projet à 70 km au nord-est de la ville d'Agadir (Step Abdelmoumen-350 MW), pour une entrée en service prévue pour 2020.
L’ONEE vient en effet d’annoncer l’annulation de deux gros appels d’offres internationaux relatifs au développement du complexe. Le premier portait sur une offre de type «clés en main» pour les études, la réalisation du génie civil, la fourniture du matériel et des équipements, le transport, le montage, les essais et la mise en service de l’usine hydroélectrique d’El Menzel. Quant au second, il avait trait aux études et la réalisation des routes d’accès et des ouvrages du circuit hydraulique du complexe.
Pour l’un et l’autre des marchés, la procédure d’attribution était déjà bien avancée, les phases de pré-qualification des entreprises soumissionnaires étant bouclées. Plusieurs majors du secteur étaient en lice. Pour la construction de l’usine hydroélectique, par exemple, six groupements étaient candidats à l’appel d’offres. Il s’agit notamment de celui mené par l’espagnol Acciona Infraestructuras (Espagne), avec le canadien Andritz Hydro et l’Entreprise marocaine de travaux (EMT). Les chinois Sinohydro Corporation LTD et Harbin Electric Machinery Company Limited étaient aussi en lice. La Société générale des travaux du Maroc (SGTM) s’était quant à elle associée à l’allemand Voith Hydro GmbH & Co.KG. Sur le second contrat, le chinois China Harbour Engineering Company Ltd et les turcs Gulermak et Sezai Turkes Feyzi Akkaya Insaat.A.S sont parmi les gros clients alignés.  
Pour financer le complexe, l’ONEE lui avait alloué une partie des 5 milliards de DH de prêts décrochés auprès de la Banque africaine de développement (BAD) et du Fonds des technologies propres (FTP), géré par cette même institution financière. Cette enveloppe devait en effet servir au financement du Programme intégré éolien, hydraulique et électrification rurale. Le méga-projet éolien de 850 MW, récemment attribué à un groupement mené par Nareva Holding, fait justement partie des initiatives inscrites dans ce programme. Pour rappel, le Royaume a nettement relevé ses objectifs sur les filières renouvelables à hauteur de 52% à l’horizon 2030.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc