Entreprises

Air France: Le business devra repartir en 2016

Par Amine ATER | Edition N°:4730 Le 16/03/2016 | Partager
L’exercice 2015 impacté par le contexte géopolitique
Casablanca, hub régional pour la compagnie
La COP22, opportunité pour l'aérien

Dans une dynamique de montée en gamme, Air France poursuit son offensive commerciale grâce à un investissement de 500 millions d’euros dans de nouvelles cabines de voyages. Un lifting qui touche essentiellement les long et moyen courriers, soit 44 appareils. «Pour nous, 2015 a été d’abord l’occasion de monter en gamme sur nos produits moyens en particulier sur le Maroc. Au-delà de Paris Roissy, les passagers marocains sur le long courrier ont également perçu le changement tant sur la restauration, les sièges, le service et tout ce qui va avec», précise Denis Hasdenteufel, directeur général pour l’Afrique du Nord du groupe Air France KLM. La compagnie a également décidé de gérer l’Afrique du Nord et le Sahel depuis Casablanca. «Le Maroc est facilement connecté à la sous-région de tous points de vue à partir de Casablanca. C’est ce qui nous a permis d’élargir le périmètre couvert. Bien que ce choix a créé des petites jalousies à droite et à gauche», explique le management. Un choix motivé également par le contexte géopolitique dans la région. Sauf que la situation a beaucoup évolué l’année dernière. Pour le management d’Air France, 2015 a également été une année difficile avec  beaucoup de hauts et de bas. S’y ajoute une situation extrêmement compliquée à Paris (les attentats de Charlie et du Bataclan) qui a affecté le marché.

Contexte géopolitique

Du coup, les Marocains se sont moins déplacés vers l’Hexagone. Parallèlement, les Français étaient moins nombreux à visiter le Maroc. «Il y a eu une forme de défiance et certainement de frilosité de part et d’autre. Malgré cela, nos résultats sont à la hauteur de nos ambitions et de nos espérances sur le Maroc.  Ceci étant, nous aurions  pu faire mieux le cas échéant. D’ailleurs, en 2016, nous comptons rattraper ce qui n’a pas été réalisé en 2015», soutient le DG régional d’Air France. Côté résultats, le management de la compagnie reste assez discret, mais tout de même rassurant. «Pour les chiffres précis, nous ne souhaitons pas trop aller dans le détail. Globalement, nous sommes très satisfaits de nos résultats sur le Maroc. Nous essayons d’ajuster nos capacités en fonction et d’augmenter la taille pour mieux desservir le Royaume. D’ailleurs, nous comptons passer de l’Airbus 319 au 320 et augmenter éventuellement le nombre de fréquences, voire le nombre de destinations pour Air France», annonce le management.
La compagnie est également présente au Maroc via sa filiale low-cost Transavia, qui dessert les principales villes touristiques (Essaouira, Fès, Tanger, Marrakech…). «2015 a été un creux de la vague qui reprend.  L’assimilation et la globalisation de la vision entre la Tunisie, l’Egypte et éventuellement la Turquie ont sûrement affecté partiellement l’arrivée de touristes au Maroc. A charge pour nous et pour les autorités de bien expliquer aux Européens et aux Français que le Maroc est loin de la zone à risque», analyse Hasdenteufel. Côté perspectives, le management d’Air France se montre plutôt optimiste malgré le manque de visibilité.  «Il faut quand même être devin aujourd’hui pour pouvoir donner des tendances». Autre source d’optimisme, l’évolution du prix du carburant. «Nous sommes assez optimistes parce que le prix du pétrole va se stabiliser au prix où il est», affirme le DG pour l’Afrique du Nord d’Air France.

Effet COP22

L’enthousiasme autour de l’organisation du Sommet international sur le climat (COP 22) à Marrakech (prévu en novembre prochain) semble atteindre également le management d’Air France. Pour les dirigeants, la COP22 conjuguée aux différents chantiers en cours (automobile, aéronautique, énergies renouvelables) feront de la destination Maroc un véritable catalyseur de la région. «Je suis très optimiste pour l’activité aérienne avec un événement majeur en fin d’année qui va attirer le monde entier à Marrakech», précise Denis Hasdenteufel, directeur général pour l’Afrique du Nord du groupe Air France KLM.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc