Culture

Sur les traces de Claude Monet avec Kim Bennani

Par L'Economiste | Edition N°:4622 Le 07/10/2015 | Partager
«Un été à Giverny», à la Loft Art Gallery à Casablanca
Des œuvres réalisées lors de sa résidence dans les ateliers d’un des maîtres de l’impressionnisme

Kim Bennani est le premier Marocain à pouvoir bénéficier de ce programme unique qui offre chaque année à deux artistes dans le monde l’opportunité de réaliser une résidence dans les lieux du Maître de Giverny

Une exposition inédite de Kim Bennani investira les cimaises de la Loft Art Gallery à Casablanca du 8 octobre au 5 novembre. «Un été à Giverny» est le fruit de la résidence du peintre dans les ateliers de l’un des fondateurs de l’impressionnisme, Claude Monet. Durant 3 mois, Kim Bennani était en immersion totale dans l’univers du Maître de Giverny dont il détenait les clés au sens propre comme au figuré. Les ateliers, les célèbres jardins constitués comme une œuvre d’art par Claude Monet lui-même, ainsi que la maison du peintre lui étaient accessibles. Plus aucun espace de ce lieu n’a de secret pour le peintre marocain.  
Organisée par la Fondation Claude Monet depuis une vingtaine d’années, cette résidence invite deux artistes dans le monde à venir vivre l’expérience d’une résidence dans ce lieu à la fois magique et mystérieux. Kim Bennani est d’ailleurs le premier Marocain à pouvoir bénéficier de ce programme. «Une fois installé, j’ai attendu l’inspiration. Voir ce qu’allait m’apporter ces lieux chargés d’histoire dans lesquels Claude Monet à vécu de 1883 à 1926. Une fois dans l’atelier, j’ai laissé libre cours à tout ce que j’ai pu glaner comme images tout en gardant ma palette», confie Kim Bennani. Plusieurs éléments l’ont frappé lors de cette résidence. «L’éminence de vert dans ce lieu» en comparaison avec les couleurs plus chaudes du Maroc, le changement de la lumière au cours de la journée, notamment dans les jardins botaniques où l’on peut admirer les fameux nénuphars, mais également la façon impeccable dont ce lieu est entretenu comme si Monet y vivait encore.
L’expérience vécue par le peintre est perçue comme un voyage dans le temps à travers lequel il s’est baladé et a exploré cet univers. Ce qui lui a permis d’acquérir plus de liberté dans son travail. Cette expérience est une étape marquante tant dans sa vie d’artiste que dans sa vie en tant qu’homme, elle représente également un enrichissement de son œuvre.
Né en 1972,  à Tétouan, dans l’atelier de son père, le peintre marocain Moa Bennani, Kim était prédestiné à un avenir d’artiste. Imprégné de ce monde dans lequel il a baigné depuis sa naissance, à 11 ans déjà, il remporte le premier prix d’un concours international de dessin à New Delhi. Kim Bennani intègre l’Ecole des Beaux-arts de Tétouan et termine son cursus à l’Ecole des arts appliqués de Malaga. Il a exposé plusieurs fois en France, au Maroc et en Espagne.

Aïda BOUAZZA
 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc