Régions

Fès-Tourisme: Les chiffres toujours au vert

Par L'Economiste | Edition N°:4408 Le 27/11/2014 | Partager
L’activité boostée par le séjour royal
L’élection d’un nouveau président en décembre

Hamid Chabat, maire de Fès, promet de subventionner les professionnels du tourisme à hauteur de 3 millions de DH. Ici, il est en discussion avec Driss Faceh, candidat à la présidence du CRT (à droite) et Ahmed Sentissi, président de l’association des restaurateurs

Riche mois de novembre pour Fès qui fait le plein en matière de visiteurs. Les taux d’occupation dans les hôtels de la capitale spirituelle ont fortement grimpé en raison du séjour prolongé du Souverain. Et toutes les activités connexes en profitent aussi.
De manière plus globale, pour l’ensemble des établissements de la ville, l’activité touristique a repris de plus belle en 2014. C’est en tout cas ce qui ressort des statistiques de la délégation régionale du tourisme (DRT). Ainsi, le nombre de nuitées réalisées dans les établissements d’hébergement touristique classés a enregistré une hausse de 9 % à fin août de l’année actuelle par rapport à la même période de l’année précédente. Selon la délégation, quelques 532.408 nuitées ont été réalisées au cours de la période janvier-août 2014, contre 486.823 nuitées durant la même période de l’année d’avant. Quant aux arrivées dans les hôtels classés durant la même période, elles ont été de 259.102 en 2014, contre 232.457 l’année 2013, soit une hausse de 11 %. Ainsi, la destination pourrait terminer l’année avec plus de 800.000 nuitées.
Du côté de l’aéroport Fès-Saiss, le trafic des passagers enregistrés, à fin octobre 2014, est, resté quasi stable gagnant à peine 0,14 % en comparaison avec la même période de l’année précédente. Les services de l’Office national des aéroports ont comptabilisé plus de 666.609 voyageurs ayant transité par l’aéroport Fès-Saïss durant les dix premiers mois de l’année courante contre 665.689 passagers durant la même période de l’année écoulée. Durant le seul mois d’octobre, l’aéroport Fès-Saïss a accueilli quelque 73.582 passagers, contre 83.271 durant la même période de l’année 2013, soit une baisse de 11,64 %. Mais pas de crainte, la densification du transport aérien et l’arrivée de nouvelles compagnies devraient créer une nouvelle offre sur la destination. En témoigne, la récente ligne inaugurée, le 11 novembre dernier, par Ryanair, la compagnie à bas prix en Europe, au départ de Dole Jura. A cette occasion, Ryanair a mis en vente des billets valables au départ de cet aéroport à moins de 30 euros, pour voyager vers Fès entre décembre et mars 2015. Aussi, grâce à son nouveau terminal, bâti sur une superficie de 17.000 m2, l’aéroport Fès-Saiss devra porter sa capacité d’accueil annuelle à 2,5 millions de passagers contre 500.000 voyageurs actuellement. La finalisation des travaux d’agrandissement de cet édifice est prévue pour mars prochain. En attendant, l’autre chantier dont la ville a besoin dans les plus brefs délais est celui de la mise en œuvre du plan triennal concocté par l’Office national marocain du Tourisme (ONMT). Présentée il y a près d’un an par Abderrafie Zouitene, patron de l’Office, la nouvelle feuille de route pour doper le tourisme dans la région «Maroc centre» est bloquée. La raison? Le bureau du Conseil régional du tourisme (CRT), présidé par Aziz Lebbar, dont le mandat est arrivé à terme en décembre 2013, n’a pas été renouvelé. Et l’Office ne peut pas s’engager avec une instance professionnelle dont le mandat s’est expiré. Face à ce blocage, il faudrait convoquer à une AGO du CRT. Pour l’heure, nombreux sont les professionnels qui recommandent l’élection Driss Faceh, ou plutôt son retour, à la tête du Conseil. Il jouit d’ailleurs d’une grande notoriété auprès des officiels, notamment le ministère, la willaya et la mairie. Pour cette dernière, Hamid Chabat, président du conseil communal de Fès, promet d’emblée de doubler la subvention de la ville (3 millions de DH) destinée au CRT. Sa seule condition, élire un homme sage qui pourrait fédérer tous les acteurs pour défendre l’intérêt de la ville. En tout cas, les professionnels du secteur devront se retrouver en décembre pour l’élection de leur futur président. Un exercice qui se  fera en présence des différents collèges, et surtout des représentants des collectivités locales. «C’est de cette manière que l’on pourra les impliquer dans le développement du secteur», conclut Ahmed Sentissi, président de l’association des restaurateurs.

L’appui de l’ONMT

LE plan de développement proposé par l’ONMT s’étale sur 3 ans (2014-2016) et vise 700.000 touristes à l’horizon 2016. Conçue en partenariat avec les professionnels du tourisme, les autorités locales et élus, et d’autres partenaires, la stratégie régionale nécessitera une enveloppe de 131,5 millions de DH, dont 76,5 millions de DH financés par l’Office.

De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc