fermer
Accueil

L'économiste, le premier quotidien économique au Maroc

mardi 30 septembre 2014,
En cours de chargement ...
Votre newsletter

Marché financier
Les sociétés de financement ont boudé
Leur inactivité explique la baisse des emprunts privés en 2013
La capitalisation gérée par Maroclear atteint 1.271 milliards de DH
Léger recul de son chiffre d’affaires à 65 millions de DH

   
Marché financier Les sociétés de financement ont boudé
La forte hausse des émissions du Trésor en 2013 a compensé en partie le recul des levées sur le marché de la dette privée et la faiblesse des opérations sur le compartiment actions. Cela dit, Maroclear a vu son chiffre d’affaires s’inscrire en recul de 4,4% à 65 millions de DH

Valorisée à plus de 10 milliards de DH, Jorf Lasfar Energy Company (JLEC), qui s’est introduite en Bourse en fin d’année 2013, a permis de dynamiser l’activité sur le compartiment actions. Hors Jlec, la taille des opérations admises à Maroclear s’est limitée à 3,3 milliards de DH. La petite forme du marché actions continue à pénaliser l’activité du dépositaire central. Les opérations sur l’ensemble du marché financier ont été principalement tirées par les levées du Trésor. Il a mobilisé 175 milliards de DH contre 120 milliards de DH l’année précédente. Les entreprises, elles, ont réduit de 14% leurs émissions. La contre-performance s’explique essentiellement par l’absence des sociétés de financement sur le marché en 2013. Elles n’ont levé que 40 millions de DH après 5,5 milliards de DH l’année précédente. Avec le renchérissement du coût de la ressource, les opérateurs ont privilégié le crédit bancaire. Sachant que beaucoup d’entre eux sont des filiales de banques. Celles-ci, en revanche, ont augmenté de 14% leurs émissions de certificats de dépôts. Globalement, les titres acceptés par le dépositaire central sont valorisés à 260 milliards de DH, en progression de 24%. La capitalisation globale s’est, elle, établie à 1.271 milliards de DH à fin 2013, en hausse de 4,7%. Malgré ces réalisations, le chiffre d’affaires de Maroclear s’est inscrit en recul de 4,4% à 65 millions de DH. Il faut dire que le dépositaire central a réduit de moitié les commissions sur les mouvements boursiers à partir du second semestre 2013. Cette facilité durera jusqu’à fin juin 2015. Elle est censée soulager les sociétés de Bourse qui souffrent de l’effondrement des transactions sur le marché. Dans le même temps, Maroclear explore de nouvelles sources de revenus. En dehors des valeurs obligatoirement admises à la dématérialisation, le dépositaire central compte également accepter les titres non cotés. «La demande est importante», assure Fathia Bennis, président directeur général de Maroclear. L’entreprise qui a rejoint récemment le capital de Moroccan Financial Board en sait un peu plus sur son rôle dans la future place financière de Casablanca. Elle y sera le dépositaire central. Elle espère également abriter la chambre de compensation. Mais rien n’est encore acquis à ce niveau. Mais «nous sommes en mesure d’apporter tout le support nécessaire pour une mise en œuvre rapide d’une chambre de compensation», fait savoir Bennis.


F. Fa