Economie

Electricité: Une puissance additionnelle de 1.760 MW

Par | Edition N°:3746 Le 22/03/2012 | Partager
La centrale de turbine à gaz de Kénitra et le parc éolien de Tarfaya dès cette année
Généralisation de 22 millions de lampes basse consommation

RENFORCEMENT des capacités de production et rationalisation de l’utilisation de l’énergie. L’année 2012 sera marquée par l’achèvement du Plan national d’actions prioritaires dans le domaine de l’électricité, selon le projet de loi des Finances 2012. Ce plan lancé en 2008 a pour objectif d’assurer l’équilibre entre l’offre et la demande.
Pour cette année, Le ministère de l’Energie compte sur la mise en service de 3.500 MW de puissance électrique, la généralisation de 22 millions de lampes à basse consommation ainsi que l’achèvement du système de tarification incitative «-20/-20».
La centrale de turbine à gaz de Kénitra (300 MW), le parc éolien de Tarfaya (300 MW) et le Groupe Diesel de Tiznit (72 MW) démarreront d’ici la fin de l’année. La puissance additionnelle installée sera de 1.756 MW pour un budget d’investissement total de 24 milliards de dirhams. 
Sans interdire la vente des lampes à incandescence, la généralisation des lampes basses consommations (LBC) se poursuivra. A fin mai 2011, 4,6 millions de LBC étaient mises en place et 10 millions en cours de distribution. Cette mesure permettra des économies de 300 MW (effacement à la pointe).
Idem pour la tarification sociale -20/-20 pour les résidentiels et les collectivités locales, laquelle consiste en un rabais de 20% en cas de baisse de la consommation de 20%. 
Les mesures spécifiques au profit des clients THT-HT seront également poursuivies. L’idée est d’inciter les industries qui consomment le plus d’énergie à s’effacer durant les heures de pointe, celles de forts appels de puissance. Ce qui leur permettrait de réaliser des gains sur leur facture. Jusque-là certaines cimenteries et entreprises opérant dans la sidérurgie ont adhéré au programme assurant ainsi des économies de 76 MW (effacement pendant la pointe). Et le ministère de l’Energie via l’ONE compte revenir à la charge auprès d’autres entreprises. 
La généralisation des chauffe eau solaires est également maintenue. Pour cette année, l’on compte atteindre 440.000 m2 et 1,7 m2 en 2020. 
Autre chantier, celui du plan national des bassins de rétention chez les agriculteurs. Il consiste à récupérer l’eau qui a servi à la production d’électricité pour l’irrigation. De même, l’étude nationale, qui permettra de définir le schéma de régulation du secteur électrique, sera finalisée. Les missions, les structures, l’organisation ainsi que le plan de développement des compétences de l’autorité chargée de la régulation du secteur seront définis.

Renforcement du réseau de transport

EN renforçant l’offre électrique le Maroc cherche non seulement de répondre à une demande dont le taux de croissance moyenne est de 7% par an mais aussi à disposer d’une réserve électrique plus confortable. Il compte aussi rénover les  centrales à charbon de Mohammadia et de Jerrada ainsi que 6 turbines à gaz et 26 usines hydroélectriques. Ce qui représente près de 2.350 MW.
Et pour accompagner les différents projets dont ceux qui seront opérationnels entre 2013 et 2015 (extension de Jorf Lasfar ainsi que le projet solaire de Ouarzazate), Le réseau de transport électrique sera également renforcé. Et ce par l’adjonction d’une troisième liaison de 700 MW à l’interconnexion avec l’Espagne et la réalisation de 5.500 km de lignes nouvelles de transport

Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc