Entreprises

Equipements de chantiers: Caterpillar monte un écosystème avec l’OCP

Par Amin RBOUB | Edition N°:5200 Le 01/02/2018 | Partager
Objectif: développer des capacités de maintenance aux standards de la marque
Possibilité de fabriquer des machines et process sur place
Un plan d’investissement de 1 milliard de dollars en Afrique
caterpillar-ocp-00.jpg

L’écosystème Caterpillar-OCP a l’ambition d’assurer une meilleure réactivité en entretien et maintenance avec des solutions sur mesure, voire la fabrication de machines sur place (Ph. CM)

Chantiers de construction, travaux publics, mines, forêts... le groupe Caterpillar nourrit de fortes ambitions sur les marchés marocain et africain. Le constructeur suit de près les gros chantiers et projets d’investissement au Maroc. Ports, routes, autoroutes, TGV, la ville industrielle chinoise Tanger Tech, la route de la soie, accélération industrielle...

Ce sont là autant d’opportunités d’affaires pour le constructeur d’engins, d’équipements de chantiers et de solutions de production d’énergie. Une importante délégation de la multinationale est en visite au Maroc. Cette visite de prospection et d’étude de marché est la première étape d’une tournée africaine qui devra se poursuivre au Cameroun, Congo... Caterpillar est le leader mondial de l’équipement de chantiers.

Il est présent dans 9 pays d’Afrique centrale et au Maroc. L’objectif de la visite de dirigeants du groupe est de mieux comprendre et analyser l’environnement du marché marocain ainsi que le potentiel et les opportunités commerciales qui peuvent en découler. Cette escale vient aussi analyser les capacités des clients et des fournisseurs à s’équiper en solutions sur mesure.

«Toute la valeur ajoutée du concept Caterpillar réside dans la durée de vie de nos équipements et machines. La durée d’exploitation est la plus longue de sa catégorie», fait valoir Othman Douiri, secrétaire général de Tractafric Equipement Maroc. Aujourd’hui, l’ambition est d’accélérer les métiers de Caterpillar tant au Maroc qu’en Afrique. Dans ce même contexte, le groupe monte un écosystème d’engins et machines avec l’OCP.

L’objectif de ce partenariat est de mieux se rapprocher du groupe phosphatier, entretenir son parc de machines et engins, mener in situ des opérations de maintenance, fournir des pièces de rechange. «L’enjeu est de mettre en place de fortes capacités d’entretien et de maintenance aux standards de la marque pour mieux servir le client.

Nous comptons même fabriquer des machines et des process sur mesure et sur place», confie David Picard, DG de Caterpillar pour l’Afrique et la région Moyen-Orient. Ce dirigeant supervise directement 24 dealers à travers 74 pays. C’est lui d’ailleurs le sponsor de l’opération «Techniciens pour l’Afrique» (voir encadré).  «L’Afrique est au coeur de notre projet d’entreprise», résume David Picard, general manager Africa.  Selon lui, le groupe a fait le choix de concentrer son développement sur ce continent d’avenir.

La quasi-totalité de son activité se concentre en Afrique, principalement en Afrique centrale, de l’Ouest et du Nord. Pour accélérer ses métiers à l’échelle du continent, le groupe prévoit d’investir 1 milliard de dollars. L’essentiel de ces investissements passe par les infrastructures de base, vu que la plupart des routes des pays d’Afrique restent impraticables. En plus des infrastructures, il y a aussi des relais de croissance dans l’énergie, les mines, les forêts... Au Maroc, l’essentiel du business est concentré dans les chantiers de construction (TP). Viennent juste après les groupes électrogènes.

L’activité des mines est le 3e métier de Caterpillar dans le Royaume. Mais le plus gros de l’activité se fait dans la construction-bâtiment, ouvrages d’art. Le groupe a écoulé plus de 960 machines en Afrique en 2017. Le chiffre d’affaires 2016 a été de l’ordre de 380 millions d’euros. Au Maroc, le chiffre d’affaires tourne autour de 950 millions de DH. Tractafric Equipement est, rappelons-le, le concessionnaire Caterpillar auprès de 9 pays d’Afrique centrale. C’est le fournisseur attitré des opérateurs de la zone en matériel et engins spécialisés ainsi qu’en chariots de manutention ou encore les solutions de production d’énergie.

C’est Optorg qui assure la distribution au Maroc. Le groupe est appuyé par son actionnaire, la SNI, premier fonds d’investissement marocain, qui a affirmé ses ambitions d’accélérer le développement vers le continent africain. En fait, la relation de Caterpillar avec Optorg date de 1932. Les deux groupes  viennent de fêter 85 ans de partenariat.

«Techniciens pour l’Afrique»

Le groupe Caterpillar a initié l’opération «Techniciens pour l’Afrique». Une initiative qui permet l’apprentissage en ligne pour permettre aux Africains de monter en termes de compétence et de technicité aux standards internationaux. L’enjeu est de localiser la compétence au niveau du continent.  L’initiative «Technicians for Africa» compte à ce jour plus de 17.000 inscrits et plusieurs centaines de certificats délivrés. Au Maroc, des investissements ont été consentis, notamment à travers la création d’un centre de formation de techniciens au profit de pays de l’Afrique centrale et francophone.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc