Economie

Women in Africa: Le continent a «aussi» besoin des femmes!

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5111 Le 21/09/2017 | Partager
Mettre leurs talents au coeur de la construction d’une Afrique incluse
Car les inégalités au travail demeurent
Freinant toute croissance
women_in_africa_011.jpg

Depuis plus de 20 ans au Maroc, le taux de participation des femmes à la population active tourne autour de 25%. Comme dans de nombreux autres pays, le travail au féminin peine à décoller

Parler développement durable doit forcément rimer avec égalité hommes-femmes au travail. Oeuvrer pour les sortir de l’inactivité ou des sous-emplois peu qualifiés et peu ou pas rémunérés. L’événement Women in Africa (WIA) a cette ambition. Du 25 au 27 septembre prochain, ce sommet, prévu à Marrakech, va réunir plusieurs centaines de personnes venues du continent, comme du monde entier. L’objectif étant de mettre en avant le leadership féminin pour mettre fin à de tristes constats.

D’après le dernier rapport de l’Organisation internationale du travail (OIT), à l’échelle mondiale, l’écart entre les sexes en matière d’emploi s’est seulement réduit de 0,6 point de pourcentage depuis 1995. En effet, en 2015, l’écart des taux d’emploi entre les sexes s’élevait à 25,5 points de pourcentage au détriment des femmes. En cause: des possibilités d’emploi moins nombreuses et sans trop d’évolution possible, avec de légitimes répercussions sur leurs capacités à gagner leur vie et sur leur sécurité économique. Au Maroc, le taux de participation des femmes à la population active n’arrive pas à sortir d’une moyenne de 25%. Si rien n’est fait, il faudra attendre 146 ans dans les pays nord-africains pour renverser la vapeur.

Une éternité. Pour booster les bonnes volontés, les débats au programme du WIA vont tenter de mettre en avant l’obligation de convier les femmes africaines autour des questions de gestion et de développement de leur propre pays. Le thème de ce rendez-vous majeur étant «Investir pour une meilleure gouvernance avec les femmes africaines» en suivant comme lignes directrices les domaines de l’agriculture, de l’énergie, de l’entrepreneuriat, de la finance, de la nutrition et de l’eau.

Entre conférences, master class et laboratoires de réflexion collaboratifs, il s’agira d’encourager les entreprises internationales et panafricaines à accompagner la croissance inclusive en Afrique par l’emploi des femmes. Car si, sur ces 20 dernières années, leur nombre augmente sur les bancs de l’école et des universités, cette amélioration sur le volet enseignement et formation ne se retrouve pas sur le marché du travail.

Peut-être que la première motivation serait de garder en ligne de mire le constat de la Commission des entreprises et du développement durable du Forum économique de Davos. En effet, son récent rapport chiffre à 28.000 milliards de dollars l’augmentation du PIB annuel mondial, si les femmes avaient un taux d’activité identique à celui des hommes. Une justice morale qui pourrait économiquement profiter à tous.

Le Maroc, pays hôte

Le sommet annuel de WIA est organisé dans le Royaume sur invitation de ses membres marocains. A l’issue de l’événement, d’autres rendez-vous baptisés “Back from Morocco” sont prévus afin de diffuser dans plusieurs pays du continent et du reste du monde les résultats obtenus de ces rencontres. Rappelons que le sommet a été fondé, à la demande de femmes africaines, par l'entrepreneure française Aude de Thuin, spécialiste des questions de femmes sur les sujets d’économie et de société.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc