De bonnes sources

De Bonnes Sources

Par L'Economiste | Edition N°:5110 Le 20/09/2017 | Partager

• Tolérance et leadership: Un prix spécial pour le Roi Mohammed VI
La Coalition mondiale pour l’Espoir vient d’attribuer à SM le Roi le Prix de la reconnaissance spéciale du leadership dans la promotion de la tolérance et le rapprochement inter-culturel. Une distinction en reconnaissance de l’action du Souverain  pour «l’harmonie entre les différentes cultures aussi bien au Maroc que sur la scène internationale». A.R.
• Samir: Avis favorable pour une créance de 859 millions de DH
Soulagement dans le monde de la finance. Le liquidateur de Samir n’a finalement pas contesté la légitimité d’une créance détenue par la masse des obligataires sur le raffineur. Elle s’élève à 800 millions de DH, avec en plus 59,2 millions de DH d’intérêts. Les conclusions du syndic judiciaire ont été déposées lundi 18 septembre au tribunal de commerce de Casablanca. Wafa Assurance, Axa, Saham, Al Barid Bank, RCAR, la CDG et 5 Fonds communs de placement avaient souscrit fin 2008 à un emprunt obligataire émis par la compagnie de raffinage. Celui-ci était arrivé à échéance fin décembre 2015. Soit trois mois avant la mise en liquidation de la raffinerie. Les 11 souscripteurs ont fait des déclarations, à la fois individuelles et groupées, de leur créance auprès du liquidateur. Cette double démarche avait suscité un débat judiciaire très suivi. F.F.
• Déficit vu de la BRI
Le déficit budgétaire de l’Etat marocain a progressé ces dernières années d’une vingtaine de points pour arriver aujourd’hui à 82% du PIB. Il serait sans doute un peu supérieur si l’on prenait en compte les critiques de la Cour des comptes concernant les modalités de tenue des comptes publics. Même à 82% ce déficit est à 30% au-dessus de ce que la BRI vient de juger «trop élevé» chez les pays en voie de développement, dont les taux varient entre 50 et 60%. La Banque des règlements internationaux, la «banque centrale des banques centrales» a fait ce constat dan son dernier document d’études. Elle redoute que «l’endettement trop élevé des pays en voie de développement ne barre la route à leur émergence». Si Rabat prend de grandes libertés avec l’endettement public, en revanche, via Bank Al-Maghrib, le Maroc suit assez scrupuleusement les recommandations de la BRI en matière de sécurité bancaire. N.S.

• L’octroi des agréments pour le comité des établissements de crédit
  Du nouveau pour le comité des établissements de crédit. Outre sa composition qui sera élargie aux représentants de l’association professionnelle des établissements de paiement et à ceux de la fédération nationale des associations de micro-crédit (AMC), ses prérogatives seront étendues. Il pourra désormais octroyer ou retirer les agréments aux AMC, aux banques off-shore et aux banques participatives ainsi qu’aux établissements de paiement. M.A.B.

• Le fonctionnement du CNCE arrêté...
La composition et les modalités de fonctionnement du Conseil national du crédit et de l’épargne (CNCE) viennent d’être fixées dans un projet de décret. Le Conseil qui examine les questions relatives au développement de l’épargne notamment, est composé de toutes les parties prenantes du marché financier, du ministère de l’Agriculture et celui de l’Industrie sous la présidence du ministre des Finances. Outre le wali de Bank Al-Maghrib (vice-président), le CNCE compte 32 membres et se réunira au moins une fois par an pour délibérer sur l’évolution de l’activité des établissements de crédits et organismes assimilés. M.A.B.

• … Celui du comité de coordination et de surveillance des risques systémiques aussi
Fini la commission de coordination des organes de supervision du secteur financier. Celle-ci est remplacée par le comité de coordination et de surveillance des risques systémiques dont la composition et les modalités de fonctionnement ont été fixées dans un projet de décret. En charge de sa présidence, le wali de Bank Al-Maghrib. Il sera épaulé par un représentant de la Banque centrale, deux membres de l’ACAPS, deux de l’AMMC et deux autres du ministère des Finances. Le comité qui se réunit une fois par semestre doit assurer la surveillance macroprudentielle du secteur financier. M.A.B.     

• Sidérurgie: Lancement de la plateforme Steel Impulse
Développée par l’Association des Sidérurgistes au Maroc (ASM), la plateforme Steel Impulse  vient d’être lancée pour promouvoir le secteur de la sidérurgie et l’industrie marocaine. Selon la corporation de l’industrie de l’acier, ce projet vient accompagner la réflexion autour des problématiques du secteur et contribuer à l’essor de l’industrie marocaine. Steel Impulse se veut une plateforme de réflexion et de concertation entre l’ensemble des opérateurs du secteur. L’enjeu à travers cette structure est de mettre en place un cadre structurant et participatif au niveau de la réflexion entre industriels. A.R.

• Deux hôtels Meliá pour Saïdia
Deux nouveaux hôtels pour Saïdia. Meliá Hotels  & Resorts va bientôt ouvrir deux unités dans la station balnéaire de l’Oriental. Le groupe hôtelier espagnol va y inaugurer le Meliá Saïdia Beach Resort et Meliá Saïdia Garden en octobre prochain. La chaîne hôtelière compte sur le succès de son Sol House Taghazout Bay d’Agadir pour réussir à Saïdia. M.A.B.

• Nouvelle directrice pour Image & Stratégie
Le groupe français All Contents, qui a récemment racheté l’agence de conseil en communication Image & stratégie, vient de nommer une nouvelle directrice pour le bureau marocain de l’agence. Il s’agit de Florence Naillat, une experte en stratégie de communication et d’influence. Diplômée de l’Ecole normale supérieure, Naillat a démarré sa carrière en tant que plume de ministres. Elle a ensuite créé sa propre agence de production de contenu, spécialisée dans les discours pour dirigeants, avant de créer et de diriger la filiale de l’agence Antidox à Londres. Au Maroc, Florence Naillat aura pour mission de développer deux pôles: la production de contenu et le digital. A.Na
• Fès: Pas de répit pour les grévistes vandales
Le procureur du Roi a ordonné, lundi en soirée, l’évacuation de l’hôtel Barcelo Fès médina des grévistes vandales. Sa décision a été chaleureusement accueillie par l’administration de l’établissement. Laquelle aurait remarqué des actes de vandalisme dans certaines chambres, accusant le personnel en grève (UGTM). Ce dernier rejette en bloc ces accusations et appelle à la réintégration immédiate de la directrice des ressources humaines qui serait «victime d’un licenciement abusif». Y.S.A

.• Réunion tripartite sur le dialogue social
Une rencontre aura lieu, ce mercredi 20 septembre, entre le gouvernement, la CGEM et les secrétaires généraux des syndicats les plus représentatifs. L’ordre du jour portera principalement sur la définition d’une méthodologie en matière de dialogue social. H.E.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc