Société

Sport: Talbi Alami voit tout en rose

Par Karim Dronet | Edition N°:5091 Le 23/08/2017 | Partager
Mondial 2026: «Le Maroc a la capacité de le faire»
Fédérations: «Pas question de punir les derniers de la classe!»
talbi_alami_091.jpg

Invité samedi dernier (19 août) de l’émission Les Tribunes du sport sur Atlantic Radio, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Rachid Talbi Alami, a évoqué la candidature du Maroc à l’organisation du Mondial 2026, le bilan des Mondiaux d’athlétisme de Londres et la mise à niveau du sport marocain (Ph. Bziouat)

- L’Economiste: Quel commentaire vous inspire la candidature officielle du Maroc à l’organisation de la Coupe du monde de football en 2026?
- Rachid Talbi Alami:
Bien sûr, cela a suscité l’intérêt de tout le monde et tout le monde le commente, mais moi, je suis confiant car le Maroc dispose aujourd’hui de plusieurs atouts comparativement au passé.
En termes d’infrastructures sportives, nous avons construit pas mal de stades: six stades qui sont déjà disponibles, d’autres en cours, celui de Tanger qui va être réaménagé, celui de Tétouan, d’Al Hoceïma et d’Oujda en cours de construction, et puis il reste le grand stade de Casablanca sur lequel on se penchera pour l’ouverture et la clôture de ce Mondial 2026 au cas où le Maroc obtient l’organisation de cette manifestation. A cela s’ajoute l’infrastructure routière et le transport avec notamment la LGV (ndlr: la Ligne à grande vitesse) qui sera opérationnelle à partir de l’année prochaine, une infrastructure d’accueil en termes d’hôtellerie et de services avec le projet touristique du Maroc, puis une capacité sanitaire importante que nous devons améliorer bien entendu. Il y a aussi les télécoms où nous sommes, si je peux dire, au stade de la perfection. Il y a également les Marocains qui aiment le sport et le football.
Le Maroc a aussi développé des expertises en termes d’organisation des grandes manifestations. Nous avons organisé, les trois dernières années, deux grandes manifestations à Marrakech, celle de la COP22 et celle des droits de l’homme qui a accueilli plus de 20.000 participants.
La Coupe du monde de football est une grande manifestation sportive et le Maroc se propose d’organiser cette manifestation tout seul. Le pays a la capacité de le faire et nous allons le faire!

- Concernant la mise à niveau du sport national, qu’en est-il aujourd’hui de la mise en conformité des fédérations avec la loi 30-09?
- Il y a deux catégories de fédérations. Il y a des fédérations sérieuses qui font de l’excellent travail, qui présentent leur bilan, leurs comptes. Leur objectif est de remporter des médailles et des championnats, à l’image des fédérations des sports équestres, de l’athlétisme, du football et d’autres. Et puis, il y a des fédérations qui sont encore au tout début du processus et que nous devons accompagner. L’objectif est de les aider à sortir de la logique de gestion traditionnelle pour adhérer à une logique de gestion moderne.
 J’ai déjà lancé un appel d’offres d’audit qui va concerner pratiquement l’ensemble des fédérations. A partir de ce rapport d’audit, nous pourrons établir une évaluation. On ne veut pas pénaliser ou punir les derniers de la classe. Il faut les accompagner pour qu’ils s’alignent avec les premiers de la classe!

- Quels sont les autres grands chantiers sur lesquels vous travaillez actuellement?
- Jusqu’à présent, nous sommes en train de faire l’évaluation du plan de développement du sport qui a été mis en place depuis 2008 après la lettre royale adressée au monde sportif marocain. Cette évaluation va voir le jour d’ici fin 2017.
En face, il y a aussi toute une réflexion sur la jeunesse, le parent pauvre du ministère.  Je veux placer les jeunes au centre de toute activité de loisirs et de sport de masse, mais aussi le socio-culturel, socio-sportif, avec les infrastructures nécessaires et une répartition géographique nationale équitable. J’en parlerais quand le projet sera acté.

Mondiaux d’athlétisme 2017

soufiane_el_bakkali_091.jpg

Le Maroc a terminé à la 32e place au tableau des médailles grâce à la médaille d’argent conquise par Soufiane El Bakkali dans le 3.000 m steeple. A l’issue des championnats du monde d’athlétisme, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Rachid Talbi Alami, a estimé que «la Fédération royale marocaine d’athlétisme fait un excellent travail. Elle est en train de préparer des jeunes, que j’ai vu personnellement, qui arrivent, et qui ne sont pas encore au niveau des grands rendez-vous internationaux, mais ils se préparent, et je pense que le futur sera prometteur».
Selon lui, le Maroc se prépare aujourd’hui d’une manière structurée: «L’encadrement, les entraînements, l’identification des champions, se font de manière professionnelle. Je pense que dans un avenir proche, le Maroc se placera dans de bonnes positions».

Propos recueillis par
Karim DRONET

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc