Régions

Agadir/Crocoparc La deuxième génération des crocodiles arrive

Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:5091 Le 23/08/2017 | Partager
La fratrie d’Aghouchaf n’Drarga s’agrandit
Un événement unique au Maroc
Une autre mission réussie pour le parc à reptiles
agadir-croco-parc-091.jpg

La fournée 2017 des bébés crocodiles vient d’arriver! En effet, ils sont huit nouveau-nés à avoir pointé leur museau en ce mois d’août. Ils viennent ainsi agrandir la famille d’Aghouchaf n’Drarga, le premier bébé-crocodile né à Crocoparc durant la même période en 2016. Aghouchaf (ou crocodile en berbère) est d’ailleurs devenu la  mascotte du  parc qui l’a vu naître. Il faut préciser que la ponte de cette année a eu lieu le 30 mars dernier.

agadi_crocoparc_1_091.jpg

C’est une autre mission réussie pour le  parc animalier «Crocoparc» qui vient d’accueillir 8 nouveaux hôtes. Et qui  sont devenus l’attraction majeure, attirant un public de plus en plus important, curieux de découvrir le monde des reptiles dans ses moindres détails (Ph. CP)

Et, dans le but de la protéger de divers  prédateurs dont des crocodiles adultes, oiseaux…, l’équipe d’animaliers de Crocoparc a procédé au ramassage des œufs. Qui ont ainsi  été placés dans des incubateurs, prévus à cet effet dans le laboratoire du  site. Après environ quatre mois d’incubation, les bébés sont venus au monde. Ils ont été par la suite mis dans la nurserie, ce qui  permet aux visiteurs de les admirer et de les voir évoluer dans une reproduction miniature de leur milieu naturel. «C’est un vrai miracle de la nature!», s’exclame cette touriste. «Et dire que ces petits bouts qui mesurent à peine quelques centimètres vont grandir pour atteindre jusqu’à 5 mètres à l’âge adulte!», a-t-elle ajouté.

Ainsi, au-delà de sa vocation en tant que lieu d’attraction, le parc animalier se conforte en tant que lieu de partage et de découvertes scientifiques. Il est d’ailleurs ouvert aux chercheurs et aux élèves, pour des visites divertissantes, éducatives et pédagogiques. Aujourd’hui et avec l’arrivée de la deuxième génération de crocodiles, l’engouement pour le parc va grandissant. Le public étant assoiffé de découvrir les détails liés à la vie des prédateurs dans leur milieu naturel. Dans ce sens, il faut rappeler que l’écosystème adéquat a été reconstitué dans le jardin botanique, qui comprend plus de 300 espèces et variétés de végétaux.

croco_parc_3_091.jpg

Un dédale de sentiers et de passerelles permet aux visiteurs d’observer les reptiles dans leurs occupations quotidiennes (Ph. CP)

L’eau des chutes d’eau et cascades est oxygénée et filtrée à travers les végétaux aquatiques. Les pensionnaires, 325 crocodiles du Nil, directement importés de Djerba, peuvent ainsi se rafraîchir dans l’eau, se réchauffer sur de larges plages au soleil ou se protéger dans les terriers. Des bassins de niveaux différents permettent de limiter les bagarres. Un dédale de sentiers et de passerelles permet aux visiteurs d’observer les reptiles dans leurs occupations quotidiennes: paressant au soleil ou démontrant la puissance de leurs mâchoires lors de leurs repas (cf. notre édition du 23/4/2015).

Pour rappel, Crocoparc, qui s’étend sur 4 hectares, est  le premier  parc animalier du genre au Maroc.  Il  a ouvert ses portes en mai 2015 et a nécessité  une enveloppe budgétaire de 25 millions de DH en fonds privés. D’autres pensionnaires sont attendus sur le parc animalier: anacondas, alligators, tortues géantes… a appris L’Economiste. De  quoi injecter du sang neuf dans la destination Agadir.
De notre correspondante,
Fatiha NAKHLI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc