Régions

Station du Bouregreg: L'ozonation pour le traitement des eaux

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5026 Le 18/05/2017 | Partager
Optimiser les coûts et diversifier les réactifs, une première au Maroc
L'ONEE lance un appel d’offres international, l'ouverture des plis le 14 juin
Le projet sera réalisé avec le soutien financier de la BAD
station-bouregrag-026.jpg

La station du Bouregreg sera le premier site de l’ONEE au Maroc à bénéficier du traitement de l’eau par ozonation (Ph. ONEE)

L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) innove en matière de traitement des eaux. Il prévoie la mise en place d’une filière d’ozonation au niveau de la station de traitement du Bouregreg. Il s’agit de la première de son genre au Maroc. Un appel d’offres international a été lancé dans ce sens dont la remise des offres est prévue pour le 14 juin 2017.

L'investissement (hors taxe) pour la réalisation de ce projet sera financé par la Banque africaine de développement (BAD). En principe, le projet devrait être opérationnel vers la fin de l’année 2019, selon un responsable de l’ONEE. Celui-ci indique que cette technique va permettre d’optimiser les coûts de traitement avec une réduction estimée à plus de 15% pour une même qualité de traitement.

On rappelle à ce titre que l’ozonation est une oxydation plus forte que la chloration, ce qui permet de diversifier les réactifs utilisés par l’ONEE sans oublier l’amélioration au niveau de la gestion. Actuellement, on utilise beaucoup le charbon actif qui est très coûteux, indique le responsable de l’ONEE. La technique d’ozonation va permettre également de diversifier les matières utilisées dans le traitement, en l’occurrence le chlore. Il faut noter qu’un travail a été entamé auparavant par l’ONEE pour permettre à ses équipes de maîtriser la technique d’ozonation pratiquée actuellement dans les pays développés.

La station de traitement est alimentée par les eaux du barrage Sidi Mohamed Ben Abdellah. Mais la retenue de ce barrage connaît, pendant la période d’été, une prolifération algale importante liée au phénomène naturel d’eutrophisation avec un impact sur la qualité de l’eau brute et traitée au niveau la station de traitement du Bouregreg, est-il expliqué.

Pour atténuer les effets dus à l’eutrophisation (goût et odeur) de ces eaux qui répondent toujours aux exigences de la norme de potabilité, l’ONEE continue à entreprendre plusieurs actions de perfectionnement. Premièrement au niveau de la retenue du barrage par le choix de la meilleure qualité de l’eau via un système de multiprises, l’aération artificielle et l’introduction de la carpe argentée de Chine qui est un poisson consommateur d’algues. Et également au niveau de la station de traitement par injection de charbon actif comme traitement d’affinage.

Signalons par ailleurs qu’une deuxième station de traitement est en cours de réalisation par l’ONEE au niveau de la zone Oum Azza et devrait être prête d’ici la fin de cette année. Elle est réalisée dans le cadre d’un projet soutenu par la BAD visant le renforcement de l’approvisionnement en eau potable du côté Atlantique à partir du barrage Sidi Mohamed Ben Abdellah pour une population estimée à 5 millions de personnes. Le coût global du projet avoisine les 2 milliards de DH dont 650 millions de DH pour la station de traitement.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc