Courrier des Lecteurs

Taxis rouges: La guerre contre les VTC est lancée!

Par L'Economiste | Edition N°:4947 Le 26/01/2017 | Partager
cari_cl_047.jpg

■ Une guérilla criminelle
J’ai été choqué par le comportement des chauffeurs de taxi «rouges» qui ont organisé plusieurs fois des guets-apens pour «tabasser» des chauffeurs de VTC (voitures de tourisme avec chauffeur) à la vue et au su de tous.
C’est tout simplement criminel d’agir ainsi! Ces chauffeurs devraient tout bonnement être arrêtés et conduits immédiatement au poste de police le plus proche!
Tout ceci démontre en quelque sorte leur bas niveau moral et intellectuel, mais surtout une violence indigne des temps modernes!
H.P.

■ Des chauffards mal éduqués!
Que les chauffeurs de taxis rouges ne s’étonnent pas si les conducteurs de VTC (voitures de tourisme avec chauffeur) leur grignotent énormément de parts de marché. Ces «chauffards» mal éduqués ne sont jamais «présentables» et sont souvent mal habillés, portant parfois même des shorts en plein service.
Ils conduisent par ailleurs très mal, mettant en danger la vie des passagers.
A l’inverse, les chauffeurs des VTC conduisent correctement et avec prudence. Leurs véhicules sont confortables et bien entretenus. De plus, ces derniers s’avèrent beaucoup plus courtois et polis que les premiers.
La comparaison est vite faite et je pense que les taxis rouges ont beaucoup à faire s’ils souhaitent rester dans le coup ! A bon entendeur salut!
M.M.

                                                                  

■ Surpeuplement des prisons: Une solution pour changer la donne?
C’est bien connu, les prisons sont surpeuplées au Maroc! Mais la donne pourrait bien changer. En effet, la Délégation générale de l’administration pénitentiaire vient d’annoncer le lancement d’un programme visant à améliorer la capacité d’accueil des prisons et l’ouverture de nouvelles unités. C’est à mon sens une très bonne nouvelle. Les prisonniers sont serrés comme des sardines et leurs conditions de détention sont inacceptables. Il faut absolument que cela change!
V.P.

■ Agriculture: Rien n’est encore joué!
Froid glacial, chute de neige…. La campagne agricole de cette année est-elle perdue ? Il faut croire que non. Le froid n’impacte pas réellement les cultures de céréales, l’arboriculture fruitière ou même l’élevage. Il est par exemple bénéfique pour les céréales qui en ont besoin pour leur développement. Il ne reste plus qu’à espérer le retour de la pluie, ce qui permettrait de sauver la campagne de cette année. Croisons les doigts!
A.P.

 ■ Centre de Sidi Moumen: La culture essentielle au développement
Le centre culturel «Les Etoiles de Sidi Moumen» inspire le respect! L’organisme forme et initie régulièrement des jeunes de ces quartiers et des quartiers environnants à la peinture ou encore au chant. Les membres de l’organisme préparent également un spectacle mêlant chant, danse et théâtre visant à rendre  hommage aux attentats du 16 mai. Je pense que ces initiatives représentent un excellent moyen de redonner de l’espoir à ces jeunes, pour la plupart socialement en difficulté. De quoi attiser leur créativité et les ouvrir à la culture, ce qui contribuera grandement à leur épanouissement personnel et professionnel. Il faudrait à mon sens multiplier ce type de centre dans les quartiers populaires, car l’ouverture d’esprit et la culture sont essentielles pour le développement d’une nation!
G.C.

■ Chutes de neige: Agissons au lieu de dramatiser!
Il neige au Maroc? Et bien arrêtons tout et attendons que cela passe! C’est le message étonnant que le ministère du Transport a exprimé il y a de cela quelques jours, demandant aux usagers de la route des régions les plus «touchées» (le Haut Atlas et le Rif)  de retarder leurs déplacements et d’éviter à tout prix les trajets nocturnes. Mais de qui se moque-t-on là? Nous ne sommes donc pas capables de gérer ce genre de problèmes? Pourtant, dans d’autres pays, il neige la moitié de l’année et la vie continue! Il faut seulement y mettre les moyens nécessaires. Il faudrait à mon avis adopter une stratégie dans ce sens en balayant régulièrement la neige des routes avec des chasse-neiges ou encore en plaçant des barrières de sécurité aux axes jugés les plus sensibles. Je rappelle tout de même que nous sommes en 2017! A bon entendeur salut!
J.M.

■ Benmokhtar: des idées brillantes pour sauver l’école!
J’ai particulièrement apprécié l’intervention du ministre de l’éducation nationale Rachid Benmokhtar à la soirée du prix de L’Economiste. Le politicien a démontré la présence d’une disparité géographique entre les régions sur le plan de l’éducation et d’une corrélation entre le retard scolaire et l’indice de développement social (IDS). Pour changer la donne, il propose de se concentrer sur l’humain avant tout et sur la pédagogie d’apprentissage plutôt que de s’arrêter systématiquement sur la construction des écoles. En d’autres termes, il s’agit d’être plus en phase avec la réalité du terrain. Via cette initiative, Benmokhtar propose concrètement d’introduire 20 minutes quotidiennes de lecture en classe ou encore d’appliquer la méthode par l’erreur dans le cadre des mathématiques. Je pense que ces idées révolutionnaires sont celles qu’il faut mettre en place afin que l’éducation bouge comme nous le souhaitons! Nous ne pouvons pas avoir la maîtrise sur tout, il faut accepter de se tromper mais à condition d’être sur la bonne voie. La lecture, quant à elle, est essentielle car elle permet d’accéder aux idées de nombreux penseurs actuels et de se faire son propre avis par la suite, mais également d’améliorer son vocabulaire et ses tournures de phrases. Agissons dans ce sens et vite! L’avenir du pays en dépend…
B.B.

                                                                  

Complexe Mohammed V: Le stade emblématique de retour?

■ Mauvaise nouvelle pour les riverains!
Le complexe Mohammed V va rouvrir ! Etant riverain du stade, j’ai appris la mauvaise nouvelle en lisant votre numéro du 23 janvier… C’est un scandale, d’autant plus que les problèmes de sécurité n’ont a priori pas été réglés… Vous ne vous souvenez pas ? Pour vous rafraîchir la mémoire, chaque match était tout d’abord synonyme de pagaille entre les supporters, qui exprimaient leur mécontentement par des pillages, des casses de voitures, des jets de pierres ou encore des lynchages. La circulation était également frappée de plein fouet, les embouteillages devenant quasi-systématiques les jours en question. Les habitants du quartier vont donc malheureusement faire les frais de ces évènements qui seront plus nombreux qu’auparavant. En effet, il se trouve que le stade abritera également des concerts ainsi que d’autres évènements culturels. Au secours!               
S.S.
■ Un édifice mythique qui refait surface
Le complexe Mohammed V est sur le point de retrouver son éclat d’antan. C’est une bonne nouvelle car il s’agit avant tout d’un stade mythique de la ville blanche qui fait partie de son patrimoine historique et culturel.
Le stade abritera en plus des matchs de compétition plusieurs évènements culturels tels que des concerts ou encore des spectacles. Enfin, l’accent a cette fois-ci été mis sur la sécurité avec notamment le déploiement d’un système de vidéosurveillance à la pointe de la technologie pour mieux gérer le flux de spectateurs! Un grand bravo!
T.M.

                                                                  

■ Que disent vraiment les chiffres financiers?
Comme disait l’écrivain : «Si L’Economiste n’existait pas, il faudrait l’inventer». Pourtant, je dois vous faire part de mon agacement à la lecture de votre article sur les finances publiques du mercredi 25 janvier 2017. Vos données sont exactes, il n’y a pas de doute. Mais je n’apprécie pas du tout que vous preniez le parti de l’Etat et de la gestion gouvernementale. Tout d’abord, pouvez-vous écrire que les «grands comptes sécurisent l’IS»? Pourtant, c’est L’Economiste qui a informé le public du racket fiscal. C’est L’Economiste qui s’est courageusement élevé contre ce racket fiscal qui aboutit à décourager les investissements au Maroc, ceux des étrangers et surtout ceux des Marocains! Deuxièmement, la décompensation ne sauve pas du tout les équilibres, puisque le déficit du Trésor se monte à plus de 41 milliards de DH! Comment parler «d’équilibre» avec un tel déficit? Enfin, la TVA intérieure reste encore à la moitié de la TVA encaissée sur les importations: 19 contre 33 milliards: cela devrait interpeler n’importe quel analyste. Je ne vous en fais pas le reproche car même nos enseignants chercheurs distingués ne voient pas cette énorme anomalie dans l’économie nationale.
Jamal Eddine O.  
entrepreneur et actif dans
la société civile

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc