Médias

45es Assises de la presse francophone : Repenser les nouveaux enjeux des médias

Par Meriem OUDGHIRI | Edition N°:4902 Le 22/11/2016 | Partager
Plus de 300 professionnels de plus d’une cinquantaine de pays à Madagascar
Dessiner ensemble les futurs contours de la profession
Le Maroc, invité d’honneur
presse_francophone_002.jpg

Des membres du bureau de l'UPF Maroc présidé par Meriem Oudghiri (à gauche), SG de rédaction de L'Economiste, à l'ouverture des Assises d'Antsirabe (Ph. MO)

C’est dans un lieu mythique et chargé d’histoire que se sont ouvertes hier les 45es Assises de la presse francophone: l’hôtel des Thermes à Antsirabe, la résidence d’exil du Roi Mohammed V. D’ailleurs, le Souverain, en visite officielle à Madagascar, est attendu aujourd'hui mardi à Antsirabe, la «Vichy africaine». Ces Assises organisées par l’UPF (Union de la presse francophone), avec ses différents partenaires, se tiennent du 20 au 24 novembre sous le thème de «l’économie des médias dans les pays en développement». Le Maroc est l’invité d’honneur, un moment très fort de ce grand événement. Une soirée culturelle est prévue ce soir à travers notamment des interviews croisées de témoins et d’historiens à propos de la déportation de Mohammed V.
Plus de 300 professionnels d’une cinquantaine de pays se sont donné rendez-vous dans cette station thermale pour débattre, échanger, partager leurs expériences et «dessiner ensemble les contours futurs d’un métier aussi passionnant que chargé de responsabilité», comme le soulignera  le président malgache, Hery Rajaonarimampianina, à l’ouverture des Assises qui «vont apporter plus de clarté sur ce que vous êtes et sur ce que  vous voulez être dans l’avenir». Aujourd’hui plus que jamais, les médias sont impliqués dans le projet sociétal. L’émergence de nouveaux canaux d’information, le recul du lectorat, les diverses crises politiques et économiques donnent une autre dimension à cette responsabilité. Un monde de plus en plus ouvert et en mutation rapide exige des professionnels plus de vigilance et de rigueur. Et leur  développement est partout un enjeu majeur pour le progrès démocratique et économique. C’est autour de ce thème que réfléchiront, pendant trois jours,

presse_francophone_2_002.jpg

Les Assises de l'UPF se tiennent du 20 au 24 novembre à l'hôtel des Thermes, résidence du Roi Mohammed V lors de son exil à Antsirabe (Ph. MO)

les professionnels, pour «bannir les idées toutes faites, inventer des solutions qui garantissent à la fois l’indépendance des médias et leur équilibre financier, échanger les expériences, autant d’enjeux considérables pour les années à venir», souligne Madiambal Diagne, président international de l’UPF. Les médias font partie des institutions qui font qu’un pays fonctionne bien ou mal, qu’il se développe vite ou lentement. Des médias affaiblis, mal assurés, peu transparents mettent le pays qui les abrite en danger. Ils seront les proies impuissantes de toutes sortes de visées.
Ce n’est pas un mandat que les journalistes ont, c’est une responsabilité professionnelle. Et ce n’est pas uniquement de liberté d’expression dont ils ont besoin mais de la liberté d’exercer leur métier. «Il faut arrêter de se voiler la face en disant que l’accès à la démocratie passe essentiellement par des élections», estime Jean Claude de L’Estrac, ancien directeur général et président du CA du groupe de presse «La Sentinelle» (Maurice). Pour lui, le seul moyen de garantir la liberté d’expression passe par des médias libres, indépendants et professionnels. «La reconnaissance et le respect de la liberté d’expression constituent le baromètre de l’état de la démocratie». Ce sont tous ces thèmes qui rythmeront les Assises de la presse francophone avec l’objectif de sortir des pistes sur les questions de crises économiques que vit la presse partout dans le monde. Une fois les projecteurs éteints, les Assises 2017 se préparent déjà et se tiendront en Guinée.

Un nouveau bureau international pour l’UPF

Á la veille de l’ouverture des Assises de la presse francophone à Antsirabe, se sont tenues les élections du nouveau  bureau international. Ainsi, Madiambal Diagne a été reconduit au poste de président, ainsi que Jean Kouchner en tant que secrétaire général. Khadija Ridouane est secrétaire générale adjointe. Zara Nazarian (Moldavie) est la nouvelle trésorière. Les vice-présidents sont Françoise Dost, Aimé Robert Binina et Jean-Pierre Molliet.

Meriem OUDGHIRI à Antsirabe

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc