Entreprises

AWB prépare un fonds avec un partenaire espagnol

Par Soufiane NAKRI | Edition N°:4892 Le 07/11/2016 | Partager
youssef_rouissi_092.jpg

Youssef Rouissi,  DGA de la banque de financement et d’investissement chez Attijariwafa bank (Ph. L’Economiste)

- L’Economiste: Quel rôle Attijariwafa bank joue-t-elle dans cette première émission de ces «green bonds»?
- Youssef Rouissi:
Nous sommes intervenus en tant que banque conseil pour l’arrangement et le placement  de l’opération sur le marché financier auprès des investisseurs institutionnels.
C’est une première pour notre groupe d’avoir, à côté du financement bancaire, le financement du marché, et d’inciter  les investisseurs institutionnels à s’intéresser à ces instruments, notamment les obligations et  les sukuk verts que nous comptons  développer. L’opération était largement souscrite.
Elle témoigne de l’intérêt des investisseurs pour ces produits. Il s’agit d’une nouvelle stratégie pour les investisseurs institutionnels d’avoir dans leur portefeuille des obligations vertes.
- Le principal moteur de la finance verte repose sur le couple risque-rendement qui demeure incertain. Quelle est l’approche mise en place pour motiver les investisseurs?
- Comme les investissements sont lourds, ils sont amortis sur des durées supérieures à 15 ans. Pour cela, il faut un contrat bien élaboré qui sécurise l’investisseur. Une fois les conditions réunies, les  projets trouvent financement et par la suite les investisseurs auront un rendement intéressant.

- Où en êtes-vous par rapport à la finance verte?
- Plusieurs initiatives très innovantes ont été prises. La première, c’est le lancement du fonds d’efficacité énergétique qui est le premier fonds africain avec une dotation qui va aller jusqu’à 50 millions d’euros et qui permet d’investir en matériel directement chez l’industriel à zéro coût. Nous sommes en train de monter cette structure avec un partenaire espagnol. Deuxième initiative, c’est le positionnement sur la promotion de nouveaux instruments de la finance verte. L’accompagnement de Masen dans la réalisation du premier «green bond» est un témoignage du positionnement du groupe Attijariwafa bank. En cinq ans, plus de 15 milliards de dirhams ont été mobilisés dans la finance verte à la fois dans les projets éoliens et hydroélectriques au Maroc. Nous sommes également dans une démarche d’accréditation auprès du fonds vert des Nations unies qui nous permettra de mobiliser des ressources concessionnelles vertes à très long terme.
Propos recueillis par
Soufiane NAKRI

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc