×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Responsabilités

Par L'Economiste| Edition N°:2657 Le 22/11/2007 | Partager

Ouf! Il était moins une! Le CDVM vient d’annuler l’offre publique de vente des titres de la société GSI avant que les épargnants soient sollicités.Cette annulation a créé un mini-scandale dans la communauté financière qui, elle aussi, s’était étonnée qu’une société ayant des contentieux avec ses fournisseurs et avec ses banquiers ait passé sans coup férir tout le processus de certification des comptes, y compris le visa du CDVM. Le Conseil déontologique des valeurs mobilières vient donc de rattraper la bourde faite par toute la chaîne de décisions. Il a pris le risque de ce mini-scandale plutôt que de prendre celui de remettre en cause la confiance dans le marché boursier. Il a bien fait.Mais cela n’exonère pas de rechercher les responsabilités.La première est bien sûr chez l’émetteur: il est inadmissible qu’il ait caché l’état de ses contentieux, surtout que ceux-ci ne sont pas minces par rapport à la somme qu’il espérait récolter en Bourse.La deuxième responsabilité est chez l’auditeur. Est-il sérieux que ce dernier n’ait pas diligenté les prudences nécessaires pour vérifier la qualité et la cohérence des informations qui lui étaient transmises? L’Ordre des experts-comptables, comme le corps des commissaires aux comptes, ne doit pas laisser ces négligences sans suite.Quant au conseiller, un inconnu de la place, il s’est posé en simple commissionnaire, ce qui n’est pas l’esprit de son métier.Enfin, à l’intérieur du CDVM, des sanctions doivent être prises à l’endroit des personnes qui ont laissé passer dans un premier temps les informations qui leur étaient présentées, sans s’inquiéter du cumul des bizarreries et des commentaires dubitatifs de la place casablancaise. Et maintenant, le refus d’informer de la part des cadres du Conseil ne peut qu’être très mal interprété par la communauté.Si la chaîne de responsabilités avait été correctement mise en œuvre, il n’y aurait eu nul besoin d’en arriver à ce désordre.Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc