×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    L'Edito

    Primature

    Par L'Economiste| Edition N°:2669 Le 10/12/2007 | Partager

    Trente? Cinquante? Quatre-vingts? Personne ne sait exactement combien de personnes, aujourd’hui, sont «conseillers» du Premier ministre. Il faut savoir que la grande majorité n’a pas été nommée par l’actuel titulaire du portefeuille. Au contraire, la troupe s’est accumulée au fil des ans et des mandats et, le plus surprenant, c’est qu’elle a résisté victorieusement à tous les changements d’orientation politique! Les conseillers d’une primature technocrate se sont ajoutés aux nouveaux recrutés sous le socialiste Youssoufi, qui se sont ajoutés à ceux du libéral sans étiquette Jettou, qui se sont tous additionnés à ceux de l’istiqlalien Abbas El Fassi. Naturellement, pour une poignée d’experts débordés de travail et de missions, la majorité ne sait pas trop à quoi employer son temps et ses compétences.Bien sûr, tout cela coûte cher, mais ce n’est pas ce qui est le plus important. A ne penser qu’à l’argent, on jetterait malencontreusement le doute de la mesquinerie sur ce qui est, en réalité, un vrai problème d’organisation. Un double problème en fait. Il y a d’abord le message politique qui est envoyé au reste du gouvernement et aux citoyens. Ce message dit que la Primature manque d’esprit de décision, manque de fermeté et donc manquera inévitablement de leadership politique. En effet, elle recule devant la simple décision de choisir des collaborateurs. Que fera-t-elle devant des questions autrement plus importantes?Ensuite, le deuxième message est tout entier dans le refus de moderniser la structure de la Primature. En effet, quand on veut moderniser, la première tâche n’est pas d’acheter des ordinateurs, mais bien d’organiser le travail de manière plus efficace. Et là, nous sommes bien loin du compte.Ce n’est pourtant pas si compliqué de recruter un cabinet spécialisé, si on ne sait pas le faire soi-même, pour procéder au ré-ingéniering des fonctions et des tâches?! Nadia SALAH

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc