×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    La cigale

    Par L'Economiste| Edition N°:2807 Le 26/06/2008 | Partager

    Notre Abbas El Fassi n’est pas le célébrissime acteur Arnold Schwarzenegger. On s’en doutait, n’est-ce pas?Mais pouvait-on imaginer que la dissemblance aille aussi loin?Quand le gouverneur de la Californie, le plus riche et le plus peuplé des Etats des Etats-Unis d’Amérique, décide de surtaxer les véhicules de luxe parce qu’ils consomment plus que les autres, chez nous, on subventionne cette consommation.Nous sommes tombés dans ce non-sens logique: un pays pauvre, le plus pauvre de la région Maghreb, subventionne, avec de l’argent public, la consommation de carburants, laquelle, comme on l’imagine bien, va le plus aux plus grosses voitures, celles qui sont la propriété des ménages les plus riches.Qu’on en juge: pour une voiture moyenne qui roulerait 30.000 km par an, la subvention est de 800 DH par mois. On grimpe au-delà de 1.000 DH avec une grosse cylindrée. Pas mal!Il n’est aucun besoin de décrire plus avant les effets du choix, ou plus exactement de la non-décision du gouvernement. Que l’on sache simplement que le ministère des Finances vient de recalculer le prix de la tergiversation: 45 milliards de DH au lieu de 37 milliards «seulement» (sic!), il y a deux mois. C’est plus que ne coûte, sur toute l’année, tout le système scolaire, aussi peu performant soit-il…Si notre Premier ministre ne ressemble pas à leur gouverneur, en revanche, les Marocains, eux, sont bien comme les Californiens. Pas au niveau de la richesse, entendons-nous bien. C’est au niveau des comportements qu’ils se ressemblent: quand rien n’indique qu’il faut faire des économies, ni les Marocains, ni les Californiens n’en font… Résultat: la consommation de carburants au Maroc a grimpé de 15% . Ce doit être un record mondial alors que la Terre entière surveille sa consommation et l’évolution du cours du baril. Prenons garde à ne pas rejouer, à l’échelle de tout le pays, cette fable de La Fontaine: «La cigale ayant chanté tout l’été…».Nadia SALAH

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc