×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    La boue

    Par L'Economiste| Edition N°:3054 Le 25/06/2009 | Partager

    Trop c’est trop! L’opinion publique se divise entre ceux qui sont en colère, ceux qui sont choqués, ceux qui prophétisent à l’envers: «on vous l’avait bien dit que les élections c’était…»Et dans ces affaires de désignation des conseils municipaux, il n’y a ni Makhzen, ni caïd, ni ministère de l’Intérieur…  pour influencer la composition finale des bureaux. On va finir par le regretter! Il n’y a même pas de tractations organisées. Juste un désordre incroyable de traîtrises et d’avidités qui s’affichent avec indécence.La détérioration de l’image des élections et de la démocratisation saute à la figure. Les dégâts sont là, ce qui manque c’est d’en mesurer la profondeur. Il faudra pourtant un jour se décider à affronter toutes ces saletés, sauf bien sûr si l’objectif caché de tout «ça», c’est de dégoûter les citoyens d’être des citoyens. Nul ne peut croire tant de machiavélique malfaisance!Affronter ces saletés et nettoyer le processus démocratique, ce sera bien évidemment de renoncer à cette satanée proportionnelle. C’est elle qui fait prospérer, sans retenue, les plus bas instincts des élus qui ne sont que des humains, ni pires ni meilleurs que les autres.Qu’on en juge: par nature, la proportionnelle à deux niveaux, comme c’est le cas dans les communes, donne l’essentiel du pouvoir au dernier de la liste, celui dont bien peu d’électeurs voulaient. C’est lui qui va faire et défaire les alliances, décider du programme et changer d’avis aussi souvent que cela lui plaira. Mieux, puisque c’est le moins légitime, il n’aura de compte à rendre à personne.Ça vaut de l’or, tant de pouvoirs concentrés avec, en face, si peu de responsabilités. Pourquoi s’en priver, quand on est sûr que le voisin, lui, ne s’en privera pas?!Le Maroc ne peut pas rester dans cette boue. Le problème, c’est que ce sont les produits de ce système qui décident du système électoral!Nadia SALAH

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc