×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    L'éditorial

    Par L'Economiste| Edition N°:719 Le 07/03/2000 | Partager

    La légalisation des signatures, c'est fini. Cette opération, répétée des milliers de fois chaque jour à travers le pays, est un concentré de bêtises de l'Administration et de mépris pour le citoyen: montrez votre CIN, posez 10 DH pour l'Etat et 2 pour la commune, gribouillez, revenez quand le chef sera là.
    La légalisation de la signature est une invention de la France, mère de la paperasse et de la bureaucratie, ce seul héritage colonial dont le Maroc est si fier, et qu'il a développé à sa manière.
    Et c'est la France qui ouvre aujourd'hui une brèche en autorisant, par la loi, la signature électronique. Commander une machine, payer les factures, ficeler un contrat sera possible sur ordinateur et via Internet. Le mot de passe remplacera le gribouillis, le cachet et le bureaucrate sans sourire.
    Ces jours-ci, l'Allemagne est allée plus loin. On peut établir et renouveler sa carte d'identité de son domicile en envoyant par le Net documents et photos scannées. Ceux qui croient que c'est un gadget n'ont jamais eu affaire à l'efficace police allemande.

    Nous devons observer ces innovations, et chercher à les appliquer car la bureaucratie fait plus de mal au Maroc que dans les pays riches. On en connaît les dégâts économiques avec les entreprises essoufflées avant même d'avoir commencé. Quant au citoyen, son portefeuille est plein de certificats de vie et de résidence, chacun en double exemplaire et avec copie légalisée...
    La "débureaucratisation" par les technologies de l'information, voilà un chantier utile et peu coûteux que nos ministres et députés pourraient démarrer rapidement.
    S'ils ne le font pas, la bureaucratie nous fera régresser, et un jour nous signerons tous, non pas avec l'électronique, mais avec notre pouce.

    Khalid BELYAZID

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc