×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    USA/Fed: Nouvelle baisse des taux en vue

    Par L'Economiste | Edition N°:2703 Le 30/01/2008 | Partager

    . Décision attendue aujourd’huiLa banque centrale américaine (Fed) a entamé hier une réunion de 2 jours, suivie de près par les marchés qui espèrent fermement un nouvel assouplissement résolu du loyer de l’argent.Le Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) se réunit mardi 29 et mercredi 30 janvier pour réexaminer le niveau de son taux directeur, qui est pour le moment fixé à 3,50%. Un communiqué est attendu aujourd’hui à l’issue de la réunion, vers 14h15 locales (19h15 GMT). Pour les marchés, l’institution n’a pas le choix: elle doit baisser de nouveau son taux directeur d’un demi-point. La Fed avait déjà frappé un grand coup le 22 janvier en réduisant en catastrophe de trois quarts de point son taux, pour contrer les risques de récession aux Etats-Unis et la chute des Bourses mondiales.Depuis, les choses ont un peu évolué. L’administration Bush et les parlementaires se sont mis d’accord sur un plan de relance qui devrait au moins soutenir la confiance et amortir la récession, à défaut de l’éviter. Du côté des marchés, la confiance reste fragile mais les investisseurs ont intégré que la chute des Bourses du 21 janvier, qui avait provoqué l’action en urgence de la Fed le lendemain, avait sans doute été amplifiée par la Société Générale. Pour autant, les analystes estiment que la Fed va quand même baisser son taux mercredi. D’abord parce que les attentes des marchés lui lient plus ou moins les mains. Ensuite parce que les risques de récession restent très présents. «La Fed n’aurait pas abaissé son taux une semaine avant la réunion du FOMC et mis en garde contre les risques pesant sur la croissance si elle comptait ne rien faire la semaine suivante», assure Joseph LaVorgna, de Deutsche Bank. La banque devra se décider dans un contexte particulièrement opaque, car deux indices très importants, celui du chômage et celui de l’activité industrielle, seront publiés après sa réunion. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc