×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Société

Une journée d’information pour la polyarthrite rhumatoïde

Par L'Economiste | Edition N°:2674 Le 17/12/2007 | Partager

. Elle aura lieu le 22 janvier au profit des journalistes. 87 à 350.000 personnes touchées au Maroc Une sensibilisation tous azimuts. L’Association marocaine de lutte contre la polyarthrite rhumatoïde (AMP) organise sa 1re Journée nationale le 22 janvier à Casablanca. «Il est important de comprendre la difficulté de vivre la polyarthrite rhumatoïde au quotidien», souligne le Dr Saleh Bennouna, président de l’AMP et organisateur de l’évènement. Au programme de la journée : des jeux, des ateliers et un «workshop». Des médecins et des patients viendront expliquer aux journalistes ce qu’est cette maladie. L’idée est de démontrer comment elle peut «détériorer petit à petit la qualité de vie au point de devenir un véritable handicap». Côté animation, un film exposant l’évolution de la prise en charge thérapeutique des patients sera diffusé à cette occasion. Pour rappel, la polyarthrite rhumatoïde est une maladie inflammatoire qui touche les articulations. Plusieurs personnes confondent cette pathologie avec du rhumatisme. Les spécialistes tranchent: «La polyarthrite rhumatoïde est une pathologie grave, chronique, qui évolue par poussées». Ce sont les femmes qui en sont les plus touchées: 3 fois plus souvent atteintes que les hommes. Les symptômes apparaissent souvent entre 30 et 45 ans. Ce sont tout d’abord des douleurs articulaires, principalement dans les mains. Si rien n’est fait surviennent ensuite les gonflements, l’ankylose et la déformation jusqu’au blocage total. Parmi les caractéristiques, des déformations du type « mains en coup de vent » ou « doigts en col de cygne».Bien qu’elle soit mal connue du grand public, la polyarthrite rhumatoïde toucherait, selon les estimations, entre 0,25 et 1% de la population, soit 87 à 350.000 personnes au Maroc. Les séquelles physiques, mais également psychologiques, nécessitent une prise en charge et un accompagnement conséquent. «Cette maladie n’est pas une fatalité. Il existe des traitements capables de soulager les symptômes, mais aussi des traitements de fond capables d’enrayer l’évolution de la maladie», souligne Bennouna. Les patients peuvent également adopter des postures adaptées, en portant des attelles, en pratiquant des exercices simples et en suivant des conseils diététiques. F.Z.T

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc