×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprise Internationale

Une alliance Renault-Volvo se prépare dans le poids lourd

Par L'Economiste | Edition N°:744 Le 11/04/2000 | Partager

. Les discussions entre les constructeurs français et suédois pourront aboutir d'ici le 26 avril
. Une alliance hisserait les deux constructeurs au deuxième rang mondial derrière Mercedes


Les discussions entre le constructeur automobile français Renault et le groupe suédois Volvo sont bien avancées et un accord pourrait être annoncé avant l'assemblée générale annuelle des actionnaires de Volvo le 26 avril. Fin mars, le quotidien suédois des affaires "Dagens Industri" avait fait état de pourparlers. Une alliance entre Volvo et Renault VI (filiale poids lourds de Renault), respectivement 3ème et 4ème producteurs mondiaux de camions (plus de 16 tonnes), les placerait à la 2ème place derrière Mercedes.

Participations croisées


Lors de sa récente visite en Suède, le Président français Jacques Chirac a déclaré: "Je souhaite que ça marche. La décision appartient aux entreprises. Mais vu de l'extérieur, je pense qu'il est souhaitable que des liens se créent entre les grandes entreprises suédoises et françaises".
Renault et Volvo avaient il y a 10 ans enclenché une alliance qui s'était matérialisée en 1991 par des participations croisées. Mais leur projet de fusion avait été abandonné par Volvo en décembre 1993 en raison des craintes des actionnaires suédois de l'interventionnisme de l'Etat français. Ce dernier restait à l'époque un actionnaire prépondérant. Les liens capitalistiques avaient en conséquence été dénoués progressivement jusqu'à l'été 1997.
Depuis 1993, la situation a bien changé: Renault a été privatisée en 1996 et l'Etat français ne détient plus aujourd'hui que 44,2% de son capital. Déficitaire en 1996, la marque au losange a depuis réduit ses coûts et augmenté ses ventes et elle a réalisé l'an dernier des résultats opérationnels record. Elle s'est internationalisée, prenant le contrôle du Japonais Nissan Motor il y a un an, une opération qui, si elle est jugée risquée par différents analystes, ne lui en donne pas moins la 4ème place sur le marché automobile mondial. Elle a acheté 51% du constructeur roumain Dacia et négocie la reprise des actifs automobiles du Sud-Coréen Samsung Motors.
Volvo, de son côté, s'est recentré sur le poids lourd. Il a vendu l'an dernier ses activités automobiles à l'Américain Ford et comptait utiliser son importante trésorerie pour absorber son compatriote Scania. Mais la fusion a été bloquée par la Commission Européenne et Scania s'est alliée à Volkswagen.
Selon le Financial Times, des participations croisées entre Renault et Volvo pourraient impliquer à la fois les maisons mères et leurs filiales camions. Renault céderait le contrôle de Renault VI au groupe suédois et prendrait en échange une participation au capital de Volvo, qui ferait de lui son premier actionnaire. "Renault est en position de force car il est clair que Volvo a besoin d'un partenaire", estime un analyste.
Géographiquement, les deux groupes "se compléteraient relativement bien en Europe, où Renault VI est particulièrement fort en France et en Espagne" tandis que Volvo est plus présent dans le Nord. Ils "augmenteraient substantiellement leur position aux Etats-Unis où ils sont séparément un peu petits", a jugé cet analyste. A noter que Renault contrôle le constructeur spécialisé américain Mack.

Echec avec Scania


A eux deux, Renault et Volvo contrôleraient plus de 20% des marchés ouest-européen et américain des poids lourds. En Asie, Renault détient 22,5% de Nissan Diesel tandis que Volvo est l'allié de Mitsubishi dans les poids lourds et les autobus. La logique derrière un tel accord est de mettre en commun les achats et de distribuer de manière croisée les produits. Ce projet fait suite, selon le journal, à des ouvertures de Volvo, désireux d'acheter Renault VI et sa filiale américaine Mack, après l'échec de sa fusion avec Scania. Mais ces approches ont été rejetées par Renault qui préférerait conclure une alliance plus large, explique le journal.

Hicham RAÏQ (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc