×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Un nouveau siège imposant pour la Banque Populaire Casa-Est

Par L'Economiste | Edition N°:53 Le 12/11/1992 | Partager

La Banque Populaire Casa-Est s'est dotée d'un nouveau siège au km 7, route de Rabat-Aïn Sebaâ. Le siège logeant, également une agence, a nécessité quatre années de conception et de réalisation et un coût de près de 40 millions de Dirhams. Les architectes ont voulu traduire trois options: "force-sérieux-sobriété".

La nouvelle implantation de la Banque Populaire Casa-Est à Aïn Sebaâ permet à la banque de se rapprocher de ses "grands clients". Avec la décentralisation des activités du Crédit Populaire du Maroc, les "clients industriels" pourront "en cinq minutes" de leur lieu de travail régler leurs opérations extérieures. En effet le plafond des opérations traitées par les banques régionales populaires est en cours de révision à la hausse. Il est de même de la simplification des opérations de commerce extérieur.

La Banque Populaire Casa-Est a été créée juridiquement en 1987. Elle était logée, provisoirement dans trois locaux séparés au Boulevard Moulay Ismaïl. Le siège, qui a nécessité quatre années de conception et de réalisation, a coûté 40 millions de Dirhams, soit 7.000 à 7.500 Dirhams le mètre carré construit. Il est édifié sur une superficie de 8.000m2 avec 7.378m2 couverts, de surface de plancher dont un sous-sol, un rez-de-chaussée et trois étages. Des espaces de bureaux sont actuellement libres. "Mais dans deux ou trois ans nous serons à l'étroit", souligne M. Tazi, Directeur Régional de la Banque Casa-Est. En effet, l'ouverture de ce nouveau siège permettra une "décentralisation des fonds". Crédit Populaire vers la Banque Casa-Est. Une extension est prévue derrière le siège. L'agence, aux côtés du siège, est à un seul niveau et plus en avant sur la rue. Elle est plus en avance vers le public.

Le nouveau siège est imposant. "L'architecture a été guidée par la volonté de traduire trois grandes options de la Banque Populaire qui sont force-sérieux-sobriété", explique M. Saâd Lahlou, architecte réalisateur du projet en collaboration avec l'architecte M. Mohammed Benkirane. Le recul de la porte d'entrée, sa hauteur à deux niveaux, sa forme en arcades confèrent cette impression de force.

Le revêtement des quartes façades est en béton blanc, rappelant la couleur de Casablanca. Il donne au siège son caractère sobre. Le béton blanc a été coulé sur place, puis piqué pour l'obtention de son aspect rocailleux. Il est ensuite recouvert d'un vernis protecteur afin que les saletés n'accrochent pas. Le lavage, "qui se fait pratiquement avec l'eau de pluie", est également facilité.

La clôture est de couleur verte, le motif "artisanal" caractérisant l'ensemble du siège. Une grande fontaine domine l'entrée. Les clapotis de ses jets d'eau sont conçus pour couvrir le bruit de la circulation de la grande avenue. La nuit, la fontaine donne un aspect de mouvement par le jeu d'ombre et de lumière, par le reflet du jet d'eau sur le vitrage. Trois éléments évoquent le siège de la Banque Centrale Populaire. Le zellige à l'entrée, le support du logo en béton cannelé, qui est en même temps l'escalier principal du siège, et le revêtement marron des murs des bureaux.

A l'entrée du siège, une impression de "monumentalité", selon l'expression de l'architecte, se dégage. Un grand hall accueille les visiteurs. Puis, un second moins grand, est doté d'une fontaine. La différence de surface des deux halls crée une impression d'infinité dans l'espace. Cette impression est encore accentuée par une porte vitrée qui donne sur l'extérieur. Le premier hall serait réservé aux expositions. Des colonnes tout autour du premier hall soutiennent les galeries de rampes ferraillées vertes du même motif artisanal. "La couleur verte fait son chemin dans la signalétique du Crédit Populaire", précise M. Tazi. Les éléments représentatifs de la culture marocaine sont présents à l'entrée, et ce à plus d'un titre. Le sol est revêtu de marbre blanc doté du même motif que la clôture en mosaïque. Les murs sont revêtus et barrés d'une fine mosaïque verte. A l'intérieur aussi, le revêtement facilite les travaux d'entretien.

Le plafond des deux halls est en vitrage brise-soleil. Les deux halls ont permis de donner au bâtiment un volume plus important sans pour cela affecter les possibilités d'occupation du sol offertes par la réglementation. En effet, l'emprise au sol est réglementée à 25 % de la surface du terrain et la surface du plancher à 80 %.

Un escalier large près de l'ascenseur invite les visiteurs. "Même si l'escalier fait partie du décor, sa conception et son emplacement ont été déterminés par la recherche de sa fonctionnalité", précise M. Lahlou.

Laïla TRIKI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc