×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
International

Un diagnostic optimiste de l’économie US

Par L'Economiste | Edition N°:2496 Le 30/03/2007 | Partager

. Le président de la Fed se montre toutefois prudentLE président de la Réserve fédérale (Fed), Ben Bernanke, a fait mercredi un diagnostic prudemment optimiste de l’économie américaine, qui réussira, selon lui, à naviguer entre les risques immobiliers et une inflation «inconfortablement élevée».«Dans l’ensemble, l’économie devrait continuer de croître à un rythme modéré dans les trimestres à venir», a affirmé Ben Bernanke dans un discours devant le Congrès. La croissance a atteint environ 2% au deuxième semestre 2006 et «elle semble se poursuivre à un rythme similaire en ce début d’année», a-t-il ajouté. L’économie devrait notamment résister aux difficultés de l’immobilier résidentiel, qui concentre tous les regards en raison des problèmes rencontrés sur le segment des prêts à risque. Ces prêts, dits «subprime», ont été consentis à tour de bras lorsque les taux d’intérêt faibles et le boom de l’immobilier poussaient les ménages les plus fragiles financièrement à rêver d’accession à la propriété. Mais avec la remontée des taux, un nombre croissant de ces emprunteurs est en défaut de paiement et les banques spécialisées sur ce créneau en souffrent. Bernanke a exclu que cela puisse suffire à pousser l’économie américaine vers la récession. Une façon de répliquer à son prédécesseur, Alan Greenspan, qui avait mis les marchés en émoi en évoquant un tel risque d’ici la fin de l’année. «Notre conviction ... est que, les répercussions sur le marché immobilier seront modérées et que, de ce fait, les effets sur l’ensemble de l’économie seront relativement minces», a-t-il affirmé. Il a cependant pris soin de mettre un bémol à cet optimisme. «Les incertitudes sur la croissance ont un peu augmenté ces dernières semaines», a-t-il mis en garde. De plus, Bernanke a redit ses inquiétudes sur l’inflation, qui reste à des niveaux «inconfortablement élevés» selon lui.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    communic[email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc