×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
International

Le WWF contre la surpêche du thon en Méditerranée

Par L'Economiste | Edition N°:2496 Le 30/03/2007 | Partager

. Les quotas atteignent des niveaux doubles de ceux recommandés Le Fonds mondial pour la nature (WWF) a réclamé mercredi 28 mars à Francfort une réduction de moitié des quotas de pêche au thon en Méditerranée afin de ne pas mettre en danger les stocks de ce poisson, menacés par une surpêche généralisée.«Cette année, les quotas atteignent des niveaux doubles de ceux recommandés par les scientifiques, et ce, bien que le thon appartienne déjà à la catégorie des espèces les plus touchées par la surpêche», a indiqué Karoline Schacht, experte des questions de pêche au WWF.Chaque année, plus de 4 millions de tonnes de thon sont pêchées dans le monde, un niveau 10 fois supérieur à celui d’il y a 50 ans, a-t-elle ajouté alors que la saison de la pêche au thon en Méditerranée s’ouvre dans un mois.L’experte a également mis en avant le fait que la chaîne alimentaire était menacée par la diminution des thons en Méditerranée et que les conséquences économiques seraient désastreuses pour l’industrie de la pêche. «Le thon rouge est l’un des plus gros poissons carnassiers de la Méditerranée. Si son nombre diminue, ses proies augmentent automatiquement, comme par exemple les seiches», a expliqué Schacht. «Celles-ci se nourrissent de sardines dont vivent un très grand nombre de petits pêcheurs autour de la Méditerranée», a-t-elle encore ajouté.La Commission européenne a publié en février les quotas de pêche au thon rouge, fixant, pour l’ensemble de l’UE, les captures à un maximum de 16.779 tonnes sur l’année 2007, contre 18.301 tonnes l’année précédente.Ces mesures s’inscrivent dans le cadre d’un plan mondial destiné à restaurer sur 15 ans les stocks de thon, menacés en partie par l’engouement mondial pour la cuisine japonaise. Le WWF exige des ministres européens de la pêche qu’ils réduisent de moitié les quotas de Pêche au thon, que cette dernière soit interdite durant la période de reproduction en juin et qu’il soit interdit de pêcher dans les eaux territoriales libyennes, une zone dans laquelle les jeunes thons aiment évoluer.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc