×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Textile / Levée des quotas UE
Les Européens restent sur leur garde

Par L'Economiste | Edition N°:2683 Le 31/12/2007 | Partager

. Les exportations chinoises continuent d’augmenter. L’Asie concentre ses investissements en filature et tissageDeux ans déjà se sont écoulés depuis l’instauration des quotas sur les importations chinoises (www.leconomiste.com). Pendant deux ans, les entreprises marocaines, en tout cas les plus assidues, ont tenté de profiter au maximum de ce «paradis conjoncturel» passager. Maintenant, fini le «maternement», que le meilleur survive.L’histoire de l’instauration de ces fameux quotas, ou plus exactement de leur réintroduction remonte à 2005. Cette période avait été marquée par le démantèlement de l’Accord multifibre (AMF), qui régissait le commerce mondial du textile. Au premier janvier 2005, l’OMC a aboli les quotas sur le textile. Les retombées se sont vite ressenties: chute des prix et restriction des sources d’approvisionnement pour les pays occidentaux. Les Asiatiques en ont alors profité pour se proclamer principaux fournisseurs mondiaux.C’est surtout la Chine, de plus en plus redoutable, qui s’est le plus distinguée. En effet, les textiliens chinois sont doués pour produire n’importe quel type et qualité de pièces. Les exportations chinoises ont connu une importante augmentation avec 187%. Le Maroc, quant à lui, a enregistré une baisse de ses exportations vers l’Europe, à l’instar d’autres pays.Il a donc été décidé de lancer une étude stratégique pour avoir un état des lieux, face au désarroi affiché par les textiliens marocains. Les faiblesses ont donc été identifiées: problèmes administratifs, d’organisation, … bref à tous les niveaux. Le Maroc n’avait pas l’intégration de l’offre turque, ni la simplicité des procédures tunisiennes, ni la compétence technique roumaine. Aux premiers mois de 2005, les exportations s’étaient effondrées de près de 36%. Il fallait donc faire vite au risque de perdre la confiance des partenaires. Tout s’est donc joué avec le plan Emergence et le repositionnement de la production qui est devenue plus axée sur la sous-traitance, la logistique et la réactivité.Par ailleurs, ces quotas n’ont fait qu’encourager les exportateurs chinois. Ainsi, en 2005, la Chine a concentré près des deux tiers des investissements mondiaux dans la filature et le tissage, suivie par le reste de l’Asie avec 19 et 17% respectivement. Ses parts ont aussi continué à augmenter. Pour cette même année, elle s’est arrogée plus de 27% des exportations mondiales.De l’autre côté de la rive, des pays ont tenté d’obtenir des dérogations de la part de l’OMC pour repousser l’échéance de la suppression des quotas, en vain. Il faut dire que chacun lutte à sa manière.


Les textiliens français sereins

Face au risque de la déferlante chinoise, les Français affichent un calme olympien. L’industrie textile française a tout fait pour ne pas voir le scénario de 2005 se reproduire. Elle ne se laissera pas déstabiliser cette fois.Dans cette nouvelle donne mondiale, les fabricants français misent sur leur réactivité et leur positionnement sur des produits de niche, textiles «techniques» ou à destination de marchés très spécialisés.Il n’empêche qu’un système de surveillance conjointe européenne et chinoise va être mis en place, seulement pour 2008. Ceci dit, certains industriels jugent même que ces deux ans n’auraient servi à rien. Pour eux, l’impact de cette transition sera moins ressenti. Les donneurs d’ordre ayant compris l’intérêt de diversifier leurs sources d’approvisionnement. Sara BADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc