×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Gros risque de pollution dans le détroit de Gibraltar

Par L'Economiste | Edition N°:2683 Le 31/12/2007 | Partager

. Après plusieurs mois, les opérations de sauvetage du New Flame échouent. Du fuel commence à s’échapper des cuves. Les côtes marocaines menacées Le détroit serait au bord d’une véritable catastrophe écologique. Le New Flame, bateau ensablé depuis août dernier dans la baie de Gibraltar (www.leconomiste.com) s’est finalement cassé en deux et une importante fuite de fuel s’est déclarée de ses soutes. Déjà, plusieurs tonnes de sable contaminé ont été récoltées sur les plages environnantes dans la baie d’Algésiras. Et, selon les médias espagnols, qui citent des écologistes locaux, la pollution risque d’être autrement plus grave. Le cargo battant pavillon panaméen, renferme dans ses soutes près de 750 tonnes de fuel en plus des 27.000 tonnes de ferraille non identifiée. Les conditions météorologiques n’ont pas permis de terminer les opérations de transvasement du fuel lancées en septembre dernier. Aujourd’hui, en raison du mauvais temps, le navire a littéralement sombré. Le New Flame était rentré en collision le 12 août dernier avec le pétrolier danois Tom Gertrud. Heureusement, sa coque a résisté au choc et un désastre environnemental a été évité. Mais les craintes des écologistes quant à la cargaison du bateau panaméen, sont confirmées. Même les côtes marocaines sont menacées en raison des fortes rafales de vent qui souffle sur la zone. A noter aussi que les travaux ont été arrêtés à cause d’un différend qui a opposé les autorités andalouses à celles de Gibraltar. Selon le gouvernement autonome andalou, ces dernières n’auraient pas permis aux secours espagnols d’intervenir dans leur zone. Une attitude pour le moins curieuse d’autant plus que les pays du pourtour du détroit sont régulièrement confrontés à ce genre de problème. En effet, le détroit, traversé par plus de 100.000 bateaux par an, enregistre un certain nombre d’accidents. Pour rappel, en juillet 2000, la collision entre deux ferries avait fait 5 morts et 30 blessés, la plupart des MRE. En août 2001, une collision entre un ferry et un cargo espagnol avait provoqué d’importants dégâts matériels, précédé la même année de la mort d’un pêcheur suite au renversement d’un bateau de pêche par un ferry à la sortie du port de Tanger.De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc