×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Tétouan: Pour une coopération plus rapprochée avec l’Andalousie

Par L'Economiste | Edition N°:2237 Le 20/03/2006 | Partager

. L’accord transfrontalier entre les deux voisins sera reconduit. Santé et formation au cœur des prioritésLES liens de coopération avec l’Andalousie se resserrent. Lors de sa neuvième visite au Maroc, depuis qu’il est à la tête du gouvernement autonome andalou, Manuel Chavez n’a pas manqué d’appeler au développement des relations entre sa région et le Maroc, le Nord en particulier. Malgré les risques politiques inhérents à ce type de discours, surtout dans une région fortement touchée par le chômage comme c’est le cas de l’Andalousie, Chavez ne manque pas, à chacun de ses déplacements dans le Royaume, à mettre l’accent sur le développement des relations entre les deux voisins. A ce titre, il a annoncé le renouvellement de l’accord de coopération tranfrontalier qui lie l’andalousie au Maroc. Cet accord de près de 38 millions d’euros (soit 400 millions de DH environ) arrivera à terme en fin d’année, mais une nouvelle mouture est en préparation. Elle s’étendra sur la période allant de 2007 à 2010. Une enveloppe budgétaire de plus de 4 millions d’euros est dores et déjà prête, selon Chavez «les discussions sont en cours pour augmenter cette allocation». Les domaines visés sont la formation et la santé, surtout celle de la mère et de l’enfant. «Nous voulons miser sur l’élément humain», explique le dirigeant andalou. Selon lui, les relations entre les deux pays doivent passer de l’étape de coopération vers celle d’association, et a rassuré ses associés marocains du dévouement de l’Andalousie dans ce sens. «L’Andalousie a été longtemps une terre de privations et a reçu beaucoup d’aide. Le moment est arrivé de donner un peu de ce que nous avons reçu», ajoute Chavez.La visite du président andalou a été aussi l’occasion pour signer une batterie d’accords de coopération avec la partie marocaine. Ainsi , en matière de promotion des investissements, une convention prévoyant l’organisation au Maroc de plusieurs voyages de prospection sectorielle et la tenue de deux forums d’investissement au Maroc et en Andalousie a été signée entre le gouvernement andalou et le Maroc. La mise en place d’un «réseau de centres d’entreprises et innovation», entrant dans le cadre du programme transfrontalier Maroc-Andalousie est également prévue. Le réseau vise les villes qui disposent déjà de pépinières d’entreprises, qu’il compte redynamiser. Sont concernées Tanger, Tétouan, Taza, Chefchaouen, Fnideq, Taourirt, Oujda et Jérada.De notre correspondant,Ali ABJIOU

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc