×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Tanger Med: Les délais seront respectés

Par L'Economiste | Edition N°:2180 Le 27/12/2005 | Partager

. La mise en service annoncée pour juillet 2007. Le réseau routier et ferroviaire avance rapidement LES travaux du futur port méditerranéen de Tanger vont bon train et les délais seront respectés. Tel est le message du gouvernement aux élus et acteurs de la Région Tanger-Tétouan. Le ministre de l’Equipement, Karim Ghellab, qui s’exprimait à Tétouan vendredi dernier, a insisté sur le respect des délais de mise en service de ce grand projet structurant. La première partie du môle principal du port a été réalisée à près de 90%. La deuxième partie, réalisée en caissons, est en cours d’exécution. Les travaux de cette première tranche, octroyée au groupe Bouygues, seront finalisés en juillet prochain, selon l’Agence spéciale Tanger Med (TMSA). Son coût total est de près de 2,6 milliards de DH. La première tranche inclut aussi le dragage de l’aire de mouillage du port, un travail titanesque sur plus de 5 millions de mètres cubes de sable et matériaux divers. «Déjà 3 millions de m3 ont été dragués et le sable extrait sera utilisé pour gagner des terrains sur la mer», indique Mustapha Mouzzani, directeur d’exécution du projet. Le môle secondaire, de 580 mètres de long, est quant à lui réalisé à hauteur de 64%. Le quai des conteneurs attribué en début d’année au groupement piloté par le belge Besix, avance lui aussi à bonne cadence. Il a déjà atteint 18% d’état d’avancement. Il devra être prêt fin 2006. C’est aussi en décembre 2006 que les travaux pour le quai des matériaux en vrac devront être finalisés. A noter que la déviation d’Oued Rmel a été effectuée. Son chantier d’un montant de 67 millions de DH, a été attribué à la société marocaine EMT. Une des clés de voûte de ce projet reste aussi la desserte routière et ferroviaire. Le futur port sera en effet connecté au reste du pays par un important réseau. L’élément central sera une autoroute de 54 km de long qui reliera le complexe portuaire au réseau routier national, à hauteur de Tanger. Elle sera composée entre autres de 4 grands ouvrages d’art de largeur comprise entre 250 et 800 mètres. «Le coût, d’environ 4 milliards de DH, est largement justifié en raison de la difficulté des terrains à traverser», explique Youness Tazi, responsable au ministère de l’Equipement. L’état d’avancement est, selon lui, de près de 25%. Une autre voie rapide de connexion est celle qui reliera Tétouan à Fnideq. De 28 km, elle est réalisée à près de 30% et coûtera près d’un milliard de DH. Elle sera complétée par un tronçon entre Fnideq et Oued Rmel, le site du futur port. Une connexion ferroviaire est aussi à l’étude pour intégrer Tanger Med dans le réseau national. D’une longueur de 52 kilomètres et un coût total de 3,3 milliards de DH, elle aura à transporter à terme plus de 1.500 voyageurs par jour et un million de tonnes de marchandises par an.


Des caissons pour la jetée

C’EST la première fois au Maroc que des caissons seront utilisés pour construire la jetée principale d’un port. Cette technique était auparavant réservée à la construction des digues de protection. A Tanger Med, ils auront la taille d’un immeuble de 9 étages de haut avec une base allant jusqu’à 28 mètres carrés. Ils sont façonnés dans un béton spécial, résistant à l’environnement agressif des fonds de mer. Le caisson est construit sur terre et traîné sur des rails pour être mis à l’eau. Vide de l’intérieur, l’énorme bloc de béton devra flotter et être tracté jusqu’à son emplacement final. Là, il sera coulé et rempli de sable. Son poids devrait atteindre plus de 6.000 tonnes. Les quarante caissons de la jetée principale ont d’ores et déjà été fabriqués et en attente d’être posés. Le béton est destiné à résister en milieu marin. Pour le mélange, le sable utilisé est celui d’une carrière de la région. Pour pouvoir l’exploiter, une bretelle de route de 8 km a été mise en place. Elle a coûté la bagatelle de 50 millions de DH.De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc