×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Tanger fait les yeux doux aux Espagnols

    Par L'Economiste | Edition N°:299 Le 09/10/1997 | Partager

    De notre envoyé spécial à Tanger, Hicham RAIQ

    Espagnols et Marocains se sont réunis à Tanger autour des grands projets de la ville. Les Espagnols manifestent un grand intérêt pour le Nord. Toutefois, l'investissement bute d'une part sur le déséquilibre économique dans la région et d'autre part sur le manque de financement souple et adapté.


    Le palais Marshan de Tanger a accueilli près de 150 participants marocains et espagnols pour débattre des questions relatives au transport, à l'électricité et à la construction(1). D'emblée, le wali de Tanger a fait un rappel des grands projets de la région. Il a soulevé l'importance des projets de la zone franche et du port Tanger-Atlantique dont les appels d'offres ont intéressé plusieurs entreprises espagnoles dont Dragados.
    Parmi les projets en instance dans cette région figurent la route méditerranéenne, l'électrification rurale, l'aménagement de zones industrielles, la construction de locaux professionnels, le ramassage des ordures, l'autoroute et l'amélioration de l'infrastructure. Ceci montre que la zone est à haut potentiel d'investissement, indique le représentant de l'agence pour le développement de la région du Nord. De nouvelles formes d'investissement peuvent être envisagées dans la région. La zone industrielle par exemple sera prise en charge par le secteur privé quant à l'aménagement et la commercialisation des lots. La question a déclenché un débat sur le coût même des terrains industriels qui avoisine celui en vigueur dans certaines villes du Sud de l'Espagne (entre 500 et 700 DH le m2). Ce prix dépasse de loin les tarifs pratiqués dans d'autres zones industrielles du Maroc (environ de 100 DH par m2).

    Potentiel éolien


    Toujours dans le cadre des projets à la recherche d'investisseurs, le représentant de l'ONE a invité les Espagnols a soumissionner aux appels d'offres de l'Office. Vient en tête le programme d'électrification rurale. L'introduction des énergies renouvelables concernera 90.000 foyers dans cette région. Celle-ci représente aussi une zone à haut potentiel en énergie éolienne. La vitesse du vent atteint 11 m par seconde. Plusieurs parcs en production concessionnelle devront être cédés au privé dans un avenir proche.
    Les mécanismes de financement initiés par l'Union Européenne dans la région n'ont pas atteint les résultats escomptés. Le financement qui peut prendre la forme d'une participation au capital à hauteur de 30% a été jugé insuffisant. Cette participation ne peut dépasser 1 million de DH. La procédure appliquée étant très lente, beaucoup d'opérateurs préfèrent recourir à d'autres moyens de financement. Il y a lieu donc de faire intervenir les banques locales et espagnoles dans les financements proposés par l'UE, afin de rendre ce mécanisme plus souple, note l'assistance.
    Le programme de financement de l'UE veut par ailleurs toucher la formation des agents des chambres de commerces ainsi que ceux des entreprises.

    Par ailleurs, une répartition géographique du Nord permet de le classer en trois grandes parties. La partie occidentale regroupant Tanger et régions concentre la plus grande part de l'industrie. La zone orientale (Oujda, Nador...) se caractérise par une évolution déséquilibrée de l'industrie. Enfin, la zone centrale connaît une forte croissance démographique et un faible développement économique. Une telle situation pousse au commerce illégal. A ceci s'ajoute l'infrastructure globale dans la région jugée médiocre. «Il est difficile d'envisager un partenariat sans structures équilibrées», est-il noté. Le cas du tourisme a été cité comme exemple. A quelques kilomètres au Nord de Tanger se trouvent certaines des plus belles plages au monde. Pourquoi ne pas rompre les barrières entre l'Andalousie et le Nord du Maroc pour offrir le même cadre touristique?, se demande un intervenant espagnol.o

    (1) Il s'agit d'une rencontre hispano-marocaine baptisée TEC 97 que la Chambre Espagnole de Commerce et d'Industrie a organisé en collaboration avec la CCI de Madrid les 2 et 3 octobre derniers.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc