×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Remèdes aux maux qui rongent la profession

Par L'Economiste | Edition N°:299 Le 09/10/1997 | Partager

Création d'une Caisse de congés payés pour les salariés des BTP, Caisse de Réassurance... Autant de remèdes que prescrit le CRIOR à la suite de son enquête sur le secteur des BTP.


UN traitement bétonné vient d'être prescrit au secteur du BTP. L'auteur de l'ordonnance est le Centre des Ressources Informa-tiques et d'Organisation (CRIOR), relevant de la Fédération française du BTP.
Le diagnostic a été établi après une enquête des experts français auprès d'un échantillon représen-tatif de 70 entreprises triées à la volée à travers l'ensemble des régions et des différentes branches du secteur.
Ce travail, inscrit dans le cadre du partenariat de la Fédération et la région du Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA), fait ressortir les maux qui rongent ce secteur. Le document de plusieurs centaines de pages met en relief «l'isolement des chefs d'entreprise face à leurs problèmes quotidiens et à leurs décisions tactiques politiques».

Le rapport final précise qu'à l'exception de trois entreprises le marché privé du bâtiment semble échapper au secteur structuré. Pour les auteurs du rapport, les entreprises informelles construisent des bâtiments d'une qualité faible et pratiquent un niveau de prix sur lequel le secteur structuré ne peut s'aligner. Ce dernier se reporte ainsi sur les marchés publics. Sur ce dernier registre, la dépendance de ces entreprises par rapport à la commande publique est manifeste. Ce problème s'aggrave avec les délais de paiement qui s'allongent et mettent en danger leurs activités. Le rapport recommande que l'action à venir devra être portée sur la gestion de l'activité et sa planification ainsi que les moyens financiers à mettre en oeuvre pour alléger la trésorerie des entreprises. Sur ce dernier point, un travail sur l'endettement des entreprises en raison des créances publiques devra démarrer. Les exemples étrangers montrent l'existence de solutions permettant l'allégement des fonds propres des entreprises. Ainsi, le Centre français préconise le lancement une étude sur la création d'une Caisse de Réassurance. Cette initiative, qui aura pour objet d'être un relais aux créances certifiées de l'Etat, devra être menée conjointement avec les banques et l'Etat. Dans cette optique, le CRIOR suggère à la Fédération de se rapprocher davantage du GPBM et des ministères de tutelle pour élaborer un programme de réflexion sur ce thème.

Légitimer la Fédération


L'étude établit l'inventaire des grands chantiers que doit lancer la Fédération afin d'inciter «les entreprises à s'inscrire dans un processus de régularisation de leur situation juridique, fiscale et sociale». Ces travaux peuvent être lancés simultanément. Ainsi, le système de qualification technique nationale doit être organisé par la Fédération et non par un Ministère, note le rapport. La première mesure à prendre est de créer une Commission nationale de la Qualification composée d'entrepre-neurs de différentes régions. Les représentants de tous les ministères seront «invités» à participer. Cette présence de la FNBTP accentuera sa légitimité, permettra le lobbying pour exiger les qualifications dans tous les marchés publics.
La création d'une Caisse des congés payés destinés à verser à chaque salarié du BTP son dû est également avancée. Ce projet présente deux avantages: une présence de la Fédération auprès de toutes les entreprises, les instances sociales et la gestion de Fonds importants en provenance de ces cotisations. Sur ce point, la mesure urgente consiste à désigner trois entrepreneurs chargés de diagnostiquer le système français et remettre un rapport de préfaisabilité.

Une réflexion sur la générali-sation d'une assurance construction n'est pas exclue, puisqu'elle est susceptible de multiplier le nombre des entreprises adhérentes à la Fédération et de rassurer l'ensemble des clients, particulièrement ceux du secteur privé sur la qualité du produit offert et sur le degré de l'engagement de l'entreprise. Pour le CRIOR, cette action est une première nécessité en raison de «l'évolution économique des marchés, de l'offre des entreprises étrangères dans le cadre de l'ouverture des frontières». Le CRIOR recommande à la Fédé-ration de créer un Centre de Ressources d'Organisation du Maroc (CROM).

Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc