×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Suisse/interdiction des minarets
Le monde consterné

Par L'Economiste | Edition N°:3161 Le 02/12/2009 | Partager

. Une levée de boucliers en Europe et dans les pays musulmans. Une décision clairement discriminatoire, selon l’ONUL’interdiction de construire des minarets en Suisse, adoptée dimanche dernier par référendum, a suscité une levée de boucliers en Europe et dans des pays musulmans. De nombreux responsables européens ont déploré le choix des Suisses et exprimé des craintes face aux conséquences de cette décision. D’autres, moins nombreux, ont estimé que ce vote reflétait une préoccupation réelle qui devait être prise en compte. Résumant le malaise européen, le ministre français de l’Immigration - Eric Besson- a déclaré qu’il «ne faudrait pas donner le sentiment de stigmatiser une religion, en l’occurrence l’islam». La présidence suédoise de l’UE a jugé «surprenant» de soumettre un tel sujet à référendum. «Il n’y a pas de problèmes entre les musulmans et les Européens dans l’Union européenne», a déclaré la ministre suédoise chargée de l’Intégration, Nyamko Sabumi.Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, s’est déclaré «un peu scandalisé» par un vote qui est selon lui une expression «d’intolérance».En Italie, le scrutin a suscité des réactions positives de plusieurs politiques.«Malheureusement, nous faisons face à une forte attaque contre notre identité de la part d’une religion intolérante comme l’islam», a déclaré Roberto Castelli, vice-ministre des Infrastructures et des Transports.Amnesty International a évoqué «une violation de la liberté religieuse incompatible avec les conventions signées par la Suisse». Dès dimanche, le grand Mufti d’Egypte, Ali Gomaa, a dénoncé une «insulte» pour tous les musulmans. Quant au secrétaire général de l’Organisation de la conférence islamique (OCI) Ekmeleddin Ihsanoglu, il s’est dit «déçu et préoccupé» par la «recrudescence des incitations anti-islamiques en Europe», appelant à des réactions «pacifiques». De sa part, la Hauts commissaire de l’ONU pour les droits de l’homme Navi Pillay, elle a estimé que cette décision «clairement discriminatoire» a été le résultat d’une campagne électorale «attisant la peur». La décision risque de mettre la Suisse en contradiction avec ses engagements internationaux en matière de droits de l’homme, a averti l’ONU dans un communiqué. B. A. I.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc