×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Un monde fou

Par L'Economiste | Edition N°:3161 Le 02/12/2009 | Partager

. Des dromadaires «terroristes»Le gouvernement australien a déclaré la guerre aux milliers de dromadaires qui, assoiffés, terrorisent la population. Ce ne sont pas moins de 6.000 dromadaires qui ont envahi une petite ville de 350 habitants, à la recherche d'eau. Les résidents de Docker River n'osent plus sortir de chez eux, car les dromadaires défoncent les barrières, détruisent les réservoirs et contaminent les réserves d'eau. Les autorités ont donc déclaré un plan d'urgence afin de libérer la ville. Dans les prochains jours, des hélicoptères seront mis à contribution pour acheminer les chameaux à 15 km de la ville dans le désert. 29,750 euros seront également débloqués afin de réparer les dommages occasionnés. . Se disputer au travail, bon pour le cœurLes hommes qui refuseraient de se confronter à leurs supérieurs ou collègues sur leur lieu travail auraient deux fois plus de risques de succomber à un problème cardiaque, selon une enquête publiée dans le Journal of Epidemiology and Community Health. Au contraire, ceux qui n'hésiteraient pas à parler ouvertement de leurs difficultés à leurs collaborateurs ou responsables auraient un risque beaucoup moins élevé de souffrir d'un problème de coeur. Il serait par ailleurs avéré que ceux évitant les conflits au bureau seraient plus à-même de souffrir de maux de ventre et de tête. Ils s’énerveraient aussi plus facilement à la maison. Cette étude réalisée auprès de 2.700 hommes et sur huit années, s'est penchée sur la relation entre les conflits sur le lieu de travail et la santé. A l'origine, cette étude devait également inclure les femmes, mais les statistiques ont démontré que le peu de femmes souffrant d'attaques cardiaques n'aurait pas permis de tirer des conclusions.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc