×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Sécurité électrique: L’ONE part en croisade

    Par L'Economiste | Edition N°:2669 Le 10/12/2007 | Partager

    . L’office fiabilise ses statistiques . Une caravane de prévention parcourt le pays108 accidents dont 38 mortels. Ce sont les statistiques de l’Office national de l’électricité (ONE), pour le premier semestre 2007. «Ce sont souvent des enfants qui grimpent aux poteaux pour jouer», se désole-t-on à l’office, qui a décidé de prendre les grands moyens pour réduire ce triste score.Depuis le début de l’année, la direction des performances opérationnelles (DPO) a fiabilisé ses statistiques. «Nous nous assurons de la remontée des informations du terrain», explique Ahmed Norrdine, patron de la DPO. Le suivi est effectué même en cas de vandalisme. «Si nous trouvons des traces de sang sur nos installations, nous contactons d’office les hôpitaux de la région», poursuit-il. Idem pour les tentatives de vol d’électricité ou de câbles, dont le cuivre est très prisé. Une véritable coopération s’est installée avec les services de police. «Récemment, une importante bande a justement été arrêtée». En plus des dommages corporels, ces actes causent souvent des dégâts matériels aux installations de l’office. «C’est dommage, car nous pourrions investir cet argent ailleurs que dans la réparation», souligne le directeur. Sans compter que le vandalisme ou le vol d’électricité  peut parfois, à cause d’une mauvaise manœuvre, plonger des villages entiers dans le noir. «Il y a vraiment un impact négatif sur l’électrification et la continuité du service».Autre axe d’intervention: la sensibilisation du grand public. Sans surprise, dans la majorité des cas, c’est une question d’inconscience. «C’est le cas de ceux qui tentent de se brancher frauduleusement. Ils ne sont pas du tout conscients du risque qu’ils courent!». Une caravane sillonne les routes du pays depuis le 4 décembre (www.leconomiste.com). Dans les souks hebdomadaires, des représentants de l’office parlent aux villageois, distribuent des flyers imagés, etc. Même la mosquée a été mise à contribution. «Nous avons une entente avec le ministère des Habous. Les imams intègrent des messages de sécurité aux prêches», assure-t-on à l’office. Car, même s’il ne s’agit pas d’un fléau, l’objectif est de réduire au minimum les risques d’accidents.L’ONE effectue également un travail de prévention en interne, afin de responsabiliser chacun de ses agents. «Aussitôt qu’un employé constate une anomalie, il est responsable de la déclarer», rappelle Norrdine. Le Poste de coordination nationale de secourisme (PCNS), basé à Casablanca, est d’ailleurs ouvert 24 heures sur 24. «Si un pépin survient à Béni Mellal ou à Oujda, il y a toujours un agent pour coordonner les interventions à distance et faire le suivi». Des contrôles inopinés sont aussi effectués sur tous les sites de l’office. Installations, locaux, véhicules, équipements, conditions de travail: tout est passé au peigne fin. La stratégie semble porter ses fruits. Au début de cette année, un seul accident de travail mortel, survenu par arrêt cardiaque, a été déclaré par l’ONE. Marie-Hélène GIGUÈRE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc