×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Rencontre avec un ministre

Par L'Economiste | Edition N°:752 Le 21/04/2000 | Partager

. C'est l'activité phare du Salon qui a eu lieu du 19 au 23 avril à l'Espace Toro à Casablanca

"Ils ne sont vraiment pas sympas, ces adultes", grommelle Kamal. Lui, qui était tout heureux de rencontrer ministres et célébrités pour leur poser les questions qui lui tenaient à coeur, patiente depuis plus d'une heure au Salon de l'Enfant. Depuis que la maîtresse d'école lui a parler de la visite qu'ils allaient effectuer au salon, il ne tenait plus en place. Pour lui, parler à un ministre de l'Environnement ou à celui de la Justice est un rendez-vous à ne pas rater. Il ne perd pas patience. Il attendra encore pour visiter les stands et croquer quelques biscuits.
La deuxième édition du Salon de l'Enfant et du Petit Citoyen, organisée cette année par l'agence Forum7 et l'association Afak, Civisme et Développement, a tenu ses promesses. Sur les 5.000 m2 de superficie réservés à l'exposition, les institutionnels ont pris place aux côtés des opérateurs des biscuiteries et des jeux multimédia notamment.
Durant les cinq jours de la manifestation, l'enceinte de l'Espace Toro n'a pas désempli. Figuraient au menu des animations, des tombolas et des jeux. Mais, ce sont véritablement les rencontres avec les ministres qui ont constitué l'activité phare du salon.
M. Ahmed Iraqui, secrétaire d'Etat à l'Environnement, a été assailli de questions. Les enfants voulaient savoir par exemple pourquoi il n'y a pas suffisamment de poubelles dans leurs quartiers ou encore pourquoi les plages sont en piteux état. M. Iraqui a pour sa part mis en avant les programmes et les actions entreprises par le Ministère pour faire face aux nuisances. Kamal voulait surtout savoir pourquoi le stand de ce Ministère est resté vide le jour de l'inauguration du salon. Et M. Iraqui de répondre que cela était volontaire. Le Ministère voulait attirer l'attention sur l'état actuel de l'environnement. Kamal a par ailleurs été tout heureux de rencontrer pour la première fois Nadia Salah, rédacteur en chef de L'Economiste. Il a ainsi découvert que le journaliste est une personne qui transporte l'information "comme une abeille". De ce fait, tous ses semblables à travers le pays pourront demain savoir ce qui a été dit au salon. Il a appris aussi qu'une mauvaise information est comme "de la confiture avariée qui peut faire très mal".
Pour Kamal, c'est décidé: il deviendra journaliste quand il sera grand. Durant sa visite au salon, Kamal aura appris beaucoup de choses à travers les stands de la Direction des Impôts, de la CNSS, l'ONCF et la RAM notamment.

Abdelaziz MEFTAH


"Au tribunal, les clowns sont méchants"


Dans la partie Forum, au sein du Salon du Petit Citoyen à l'Espace Toro de Casablanca, ont été regroupés un ensemble de services publics. M. Ouardane de l'agence Forum7 et l'association Afak du Dr Harrouchi sont très satisfaits de la collaboration des grands services publics, qui accompagnent la vie des citoyens. Les enfants ont aussi apprécié la présence des fonctionnaires qui se sont mis à leur disposition.
C'est aussi l'occasion de mots d'enfants.
Le plus terrible a été celui de ce petit garçon devant les fonctionnaires du Ministère de la Justice. "Le tribunal, je connais, c'est comme un cirque, mais les clowns sont méchants". Le Ministère de la Justice a mis sept fonctionnaires à la disposition de la curiosité des enfants. Ceux-ci ont longtemps commenté le mot de leur petit visiteur...
Très fréquenté le stand de l'Environnement. Les enfants ne voulaient plus lâcher M. Iraqui, le ministre de l'Environnement: ils avaient toujours des questions à poser et souvent des reproches à faire sur le manque d'espaces verts, la saleté des rues, la pollution de l'air qui "étouffe les enfants"...
Succès pour la communauté urbaine de Casablanca: les enfants, grâce aux cours d'éducation civique de l'école, en savent souvent plus que les adultes sur l'organisation de la ville!
Vide, le stand de la Police et pour cause: personne n'est venu. La Police nationale a ainsi raté une occasion en or de changer son image, de parler à un jeune public de ce qui doit être sa seule mission: protéger les citoyens, en particulier les plus fragiles, les petits citoyens que sont les enfants. "Les policiers ne sont pas venus parce qu'ils avaient peur".

Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc