×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Renault investit en Corée pour conquérir l’Asie

    Par L'Economiste | Edition N°:1907 Le 01/12/2004 | Partager

    . La marque au losange mise 570 millions de dollars . La nouvelle unité produira 300.000 véhicules par an  Le constructeur automobile français Renault a annoncé le 30 novembre à Séoul un investissement de 570 millions de dollars en Corée du Sud, afin de faire de sa filiale sur place, Renault Samsung Motors, le marchepied de ses ambitions d’expansion en Asie et en particulier en Chine.“L’investissement pour les trois prochaines années sera de 573 millions de dollars, a déclaré le président-directeur général de Renault, Louis Schweitzer, lors d’une conférence de presse tenue à l’occasion du dévoilement de la nouvelle berline SM7 produite par Renault Samsung Motors (RSM).L’implantation de Renault en Corée du Sud est la cheville ouvrière des projets d’expansion de la firme au losange en Asie, a expliqué son PDG. RSM “va devenir la plate-forme de Renault en Asie et jouera un rôle crucial dans notre expansion en Chine”, a-t-il ajouté.Dans le cadre de ces investissements, Renault a confirmé la construction d’une nouvelle usine de moteurs d’un coût de 190 millions de dollars dans la ville de Busan.La nouvelle unité aura une capacité de production annuelle de 300.000 unités, selon le quotidien des affaires Mail Business. L’usine fabriquera des moteurs essence et diesel de 2.000 cm3 que Renault et Nissan Motor ont développé ensemble pour leur usage, a indiqué le journal.RSM a été mis sur pied en l’an 2000 lors du rachat par Renault de la marque Samsung, un an après la prise de contrôle par le français de 44,4% du japonais Nissan, deuxième de l’Archipel.Le constructeur automobile avait annoncé fin juin un accord de principe avec le chinois Dongfeng pour produire, dans le cadre d’une coentreprise, des voitures particulières en Chine à partir de 2006, avec un objectif de 300.000 véhicules par an.Ce projet de société commune, qui attend encore le feu vert des autorités chinoises, permettrait à Renault “d’entrer dès la fin 2006 sur le marché chinois en forte croissance (+64% en 2002, +68% en 2003), avec un fort potentiel technologique, des ambitions significatives et l’appui d’un partenaire chinois solide”, avait souligné le constructeur fin juin.Il s’inscrit aussi dans la “stratégie de croissance rentable” du groupe, qui affiche un objectif de production de quatre millions de véhicules par an à l’horizon 2010. Le président a ajouté que l’unité de Busan, qui ne produit jusqu’à présent que des berlines, sortira également de ses chaînes, à partir de 2007, des véhicules utilitaires sport (VUS).“La décision de produire ici dès 2007 un nouveau véhicule utilitaire sport pour les marques RSM et Renault est un défi important pour RSM”, a reconnu Schweitzer, précisant que la moitié des VUS sera vendue sous la marque Renault.Le président s’est dit “très confiant” sur les chances de succès du nouveau modèle SM7 lancé hier en dépit de la chute des ventes automobiles en Corée du Sud, qui ont reculé de près de 19% de janvier à octobre par rapport à un an auparavant, à 941.541 unités. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc