×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Brèves internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:1907 Le 01/12/2004 | Partager

    . L’UE accorde 250 millions d’euros aux Palestiniens L’Union européenne envisage d’allouer une aide d’environ 250 millions d’euros au peuple palestinien en 2005, soit une somme identique à celle débloquée pour 2004, a indiqué le 29 novembre la commissaire européenne aux Relations extérieures, Benita Ferrero-Waldner. “Nous prévoyons d’accorder 250 millions d’euros” environ, en particulier par le biais de l’Agence de l’ONU pour l’aide aux réfugiés palestiniens (Unrwa) et d’un fonds spécial de la Banque mondiale, a expliqué la commissaire. Cette aide doit encore recevoir l’aval du Parlement européen, a-t-elle précisé.Benita Ferrero-Waldner s’exprimait lors d’un point de presse peu avant la réouverture des travaux de la réunion euroméditerranéenne “Euromed” à La Haye.La commissaire s’est félicitée à ce propos de l’”atmosphère totalement différente” qui prévalait lors de la première journée des travaux de la réunion, avant-hier, par rapport à de nombreuses réunions précédentes de l’”Euromed”. Elle a été marquée en particulier par la rencontre, la première depuis des mois, du ministre israélien des Affaires étrangères, Sylvan Shalom, avec son homologue palestinien, Nabil Chaath.Le dîner a réuni l’ensemble des participants, les représentants de l’UE et de ses Etats membres, avec les dix partenaires du dialogue euroméditerranéen, dont Israël.. La réunion ministérielle “Euromed” entame ses travaux à La Haye La réunion ministérielle euroméditerranéenne “Euromed” s’est ouverte le 29 novembre après-midi à La Haye avec au programme des discussions les derniers développements au Proche-Orient, ainsi que la coopération entre les deux rives de la Méditerranée. Les 25 pays de l’Union européenne sont représentés à cette réunion, qui se tient deux fois par an, ainsi que les dix partenaires de l’”Euromed”: Algérie, Egypte, Israël, Jordanie, Liban, Maroc, Autorité palestinienne, Syrie, Tunisie, Turquie. La Libye et la Mauritanie sont présentes en tant qu’observatrices. La présidence de l’UE est représentée par le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Bernard Bot. Le Haut représentant pour la politique étrangère de l’UE, Javier Solana, était également présent.Les développements au Proche-Orient depuis la mort du président palestinien Yasser Arafat, le 11 novembre, et l’approche des élections pour lui succéder, le 9 janvier, doivent figurer en bonne place des discussions, qui devaient s’achever hier.Selon un scénario déjà bien rôdé dans ce type de réunions, les Européens rencontreront successivement la délégation israélienne, puis les délégations arabes. Mais les réunions euroméditerranéennes fournissent aussi l’occasion de procéder à de nombreuses rencontres bilatérales.Le ministre israélien des Affaires étrangères, Sylvan Shalom, a indiqué à la presse à son arrivée à La Haye qu’il devait rencontrer incessamment son homologue palestinien, Nabil Chaath.. Levée d’interdictions des OGM : L’UE encore diviséeLes experts des Etats membres de l’Union européenne ont échoué à s’entendre le 29 novembre sur une proposition de la Commission européenne visant à faire lever des interdictions d’OGM décrétées au niveau national par cinq des 25, a annoncé la Commission. Les dossiers vont être transmis “dans les prochaines semaines” au Conseil des ministres de l’UE qui devra se saisir de la question et trancher à la majorité qualifiée, a précisé Bruxelles. Faute d’une décision dans les trois mois, c’est la Commission qui sera amenée à ordonner cette levée, à laquelle les Etats membres concernés auront alors au maximum trois semaines pour se conformer. Les interdictions portent sur diverses variétés de maïs et de colza transgéniques, bannies selon les cas en Autriche, en Allemagne, au Luxembourg, en France et en Grèce. Les experts des Etats membres ne sont pas non plus parvenus à trouver un accord lundi pour entériner une autre proposition de la Commission, qui visait à autoriser l’importation et la transformation dans l’Union européenne du maïs transgénique MON 863 du groupe américain Monsanto. (AFP). Le Chili, N°1 d’Amérique latine pour l’usage des technologiesLe Chili est le champion d’Amérique latine pour l’utilisation des nouvelles technologies et compte garder son rang grâce à un ambitieux projet gouvernemental de numérisation du pays. Entre 1998 et 2003, les usagers de l’internet ont été multipliés par cinq avec 3,7 millions de personnes connectées à domicile, au travail, à l’école ou via les 1.300 centres municipaux d’accès gratuit et d’initiation à la toile. L’objectif du gouvernement et des opérateurs privés vise notamment à ce que 5 millions de Chiliens aient accès au net fin 2005. Entre 2004 et 2006, un million de Chiliens, y compris des femmes au foyer et chômeurs, recevront des formations, en grande partie financées par l’Etat et grâce à 209 millions fournis par l’ACTI. D’ici 2010, le Chili doit rejoindre les pays développés en matière de connectivité.. L’Iran réunit l’Irak et ses voisins autour de la sécuritéL’Iran, accusé à Washington mais aussi à Bagdad d’oeuvrer à la déstabilisation de son voisin irakien, accueillait hier 30 novembre une conférence des ministres de l’Intérieur d’Irak, de ses voisins, et d’Egypte pour essayer de rétablir la sécurité en Irak et lutter contre le terrorisme. La République islamique, l’Irak, l’Arabie saoudite, la Jordanie, le Koweït, la Syrie, la Turquie et l’Egypte seront représentés à la première conférence des ministres de l’Intérieur des voisins de l’Irak depuis le renversement de Saddam Hussein, et la première à se tenir en Iran. L’Irak et les Etats-Unis se plaignent que les frontières des pays voisins ne sont pas suffisamment étanches aux terroristes qui s’infiltrent, selon eux, pour soutenir les insurgés irakiens, empêchant le retour à la stabilité. La conférence “a pour but de parler de la sécurité et de la stabilité en Irak, ainsi que des moyens de combattre le terrorisme”, a déclaré dimanche le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hamid Reza Assefi. Dans un communiqué, le gouvernement irakien a espéré que “la conférence de Téhéran donnera des résultats concrets pour stopper les infiltrations des terroristes en Irak, localiser des groupes terroristes opérant dans les autres pays de la région, mais aussi bloquer les fonds” appartenant aux groupes terroristes.. Sommet Egypte: Vers une paix syrienneLE président égyptien Hosni Moubarak a rencontré hier 30 novembre son homologue syrien Bachar al-Assad à Charm el-Cheikh avec comme objectif de contribuer à une reprise du dialogue entre la Syrie et Israël, à la suite de l’offre de discussions sans conditions préalables de Damas. “L’Egypte est prête à jouer un rôle dans le rétablissement du dialogue entre Israël et la Syrie”, a indiqué le porte-parole de la présidence égyptienne Magued Abdel Fattah. Le président Assad a lancé la semaine dernière un nouvel appel à la paix avec Israël, sans conditions préalables, mais l’Etat hébreu a répondu qu’il voulait d’abord voir des preuves de la bonne volonté syrienne. Le sommet entre les deux présidents intervient à la veille d’une visite en Israël du ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Abou Gheit, qui doit avoir des entretiens avec son homologue israélien Sylvan Shalom. A Charm el-Cheikh, les deux chefs d’Etat discuteront par ailleurs des relations bilatérales et de l’élection présidentielle palestinienne pour désigner un successeur à Yasser Arafat. Moubarak a reçu le président de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Mahmoud Abbas, candidat à la présidence de l’Autorité palestinienne. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc