×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Nomination d’un nouveau secrétaire au commerce américain

    Par L'Economiste | Edition N°:1907 Le 01/12/2004 | Partager

    . Il s’agit de l’ex-président du géant de l’agroalimentaire américain KelloggJames Jenness, 58 ans, a été élu le 29 novembre dernier PDG du groupe agroalimentaire américain Kellogg en remplacement de Carlos Gutierrez, appelé par le président George W. Bush pour devenir le nouveau secrétaire au Commerce. Jenness, administrateur du groupe depuis juillet 2000, a été élu par ses pairs pour prendre également la présidence du conseil d’administration, a précisé Kellogg dans un communiqué. Gutierrez cumulait également les deux fonctions. Présenté comme un spécialiste du marketing, ayant “une relation de 30 ans avec le groupe” Kellogg, Jenness a été le numéro deux de Leo Burnett Company, la principale agence de publicité travaillant pour le fabricant de céréales, poursuit le communiqué. Il était dans la période récente PDG de Integrated Merchandising Systems LLC, une entreprise dans laquelle les grands groupes sous-traitent la promotion de leurs marques. “Jim est un leader fort avec des compétences de classe mondiale en marketing”, a commenté Carlos Gutierrez, cité dans le communiqué. “Pendant sa relation de 30 ans avec le groupe, il a été directement impliqué dans le renforcement des marques Kellogg à travers le monde et, plus récemment, a occupé les fonctions de président de la commission du conseil d’administration chargée du marketing clientèle”, a ajouté l’ex-PDG. David Mackay, 49 ans, numéro deux du groupe, a également été élu le 29 novembre dernier au conseil d’administration, a poursuivi Kellogg. “Il va continuer à contribuer grandement à la dynamique de nos activités et à la croissance future”, a dit Gutierrez, parlant d’une transition “très en douceur” puisque Jenness et Mackay travaillent ensemble depuis de nombreuses années. Kellogg a réitéré ses prévisions de résultat par action, disant s’attendre à un bénéfice par action (BPA) dans la fourchette 2,11-2,13 dollars pour l’exercice 2004 et entre 2,28 et 2,32 dollars en 2005. Les analystes tablent en moyenne sur un BPA de 2,14 dollars en 2004 et 2,37 l’an prochain, selon les valeurs calculées par l’agence First Call. Sur les neuf premiers mois de 2004, Kellogg qui emploie 25.000 personnes à travers le monde, a vu son bénéfice net gagner 17,5% à 704,2 millions de dollars pour des ventes en hausse de 8,1% à 7,22 milliards de dollars.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc