×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Palestine: Le front de Libération se présente aux présidentielles

    Par L'Economiste | Edition N°:1907 Le 01/12/2004 | Partager

    . La candidature de Mahmoud Abbas retenueLE Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), qui a boycotté les premières élections générales palestiniennes en 1996, a décidé de participer au scrutin présidentiel prévu le 9 janvier, a indiqué le 29 novembre le numéro deux de l’organisation. “Un dialogue est en cours avec d’autres formations pour désigner un candidat commun mais si ces discussions n’aboutissent pas le FPLP aura son propre candidat”, a déclaré Abdelrahim Mallouh depuis la prison de Meggido dans le nord d’Israël où il est détenu. Interrogé sur sa possible désignation comme candidat du FPLP à cette élection, Mallouh a écarté cette hypothèse. “Mon nom a circulé au sein du FPLP comme possible candidat mais je n’y suis pas enclin, surtout pour le moment car je suis en prison et le FPLP dispose de nombreux dirigeants en Cisjordanie et dans la bande de Gaza capables d’assumer cette position”, a-t-il dit. Il a implicitement critiqué la désignation par le mouvement Fatah du chef du comité exécutif de l’OLP Mahmoud Abbas comme son candidat à l’élection présidentielle devant désigner un successeur à Yasser Arafat. Mallouh, arrêté en 2002, avait été condamné le 21 avril à neuf ans de prison, dont deux avec sursis, par un tribunal militaire israélien qui l’a reconnu coupable “d’appartenance à une organisation terroriste” responsable d’attentats anti-israéliens.Formation de l’opposition de gauche, le FPLP est hostile aux accords d’Oslo sur l’autonomie palestinienne et avait boycotté les premières élections générales en 1996. Il avait lié sa participation au scrutin du 9 janvier à la tenue d’élections législatives, ce que l’OLP s’est engagée à faire en mai prochain.Par ailleurs, la candidature du chef de l’OLP Mahmoud Abbas à l’élection du président de l’Autorité palestinienne du 9 janvier a été officiellement enregistrée par la commission électorale, a indiqué le même jour le porte-parole de l’Autorité palestinienne Nabil Abou Roudeina. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc