×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Quiproquos ou batailles de services?

    Par L'Economiste | Edition N°:2168 Le 09/12/2005 | Partager

    . Les grands services de l’Etat n’arrivent pas à se comprendre sur les IDE, une question pourtant stratégiqueDifficile d’avoir une image fidèle des investissements directs étrangers au Maroc avec un niveau de détail permettant des analyses sérieuses… La Direction des Investissements, l’Office des changes, la Banque centrale… y travaillent. C’est une vieille lune! C’est toujours le même discours: «on travaille pour améliorer le système statistique». Seulement voilà, il y a un problème de coordination et peut-être même de compréhension entre différents départements. Enfin, on va le dire comme ça, pour rester poli.A l’Office des changes, le statisticien et ses cadres qui nous reçoivent «s’étonnent» que la DI affirme qu’on ne comptabilise pas les IDE inférieurs à 200 millions de DH. «Nous suivons la méthodologie du Fonds monétaire international et nous faisons les enregistrements sur la base des comptes-rendus bancaires», explique Norredine Benaceur, chef de département des statistiques des échanges extérieurs de l’Office. Les investissements directs étrangers passent par les opérations financées par apport de devise, par le débit d’un compte en dirham convertible, les comptes convertibles à terme, les disponibilités non transférables. En plus de l’apport des billets de banque, il y a aussi la conversion de la dette publique en investissements, explique tout pédagogue Benaceur. En conséquence, tous les modes de financement existants sont recensés, y compris la conversion des dettes commerciales. Mais, à leur décharge, il faut signaler qu’ils n’ont pas la même approche. Le département de Bernoussi a une vision économique, à l’Office c’est l’angle juridique qui intéresse. A l’OC, on affirme qu’effectivement il y a des travaux menés mais surtout pour les MRE (Marocains résidents à l’étranger). Quant à redéfinir le réinvestissement d’une filiale de multinational régie par le droit marocain en IDE, hors de question pour l’Office! Coca-Cola Maroc est une société de droit marocain, Holcim Maroc est une société de droit marocain, expliquent les cadres de l’Office des changes. L’idée de retravailler sur les pays émetteurs des IDE rend également dubitatifs les cadres rencontrés. Par exemple, Corral, l’investisseur de la Samir, est une société de droit suédois, les actionnaires sont Saoudiens. La DI estime que cela pose problème de représentativité de l’IDE. Pour l’Office des changes, tant que la société est régie par le droit suédois, le pays émetteur reste la Suède.Tout cela ne nous fait pas sortir de l’auberge statistique. Spin Partners, qui conseille la Primature, a relevé un problème de coordination entre les départements. Mais, bien plus, il semble y avoir tous plein de malentendus. On comprend le dépit de certains responsables… Comme on imagine l’embarras du partenaire étranger face aux multiples messages, parfois contradictoires, qui lui arrivent.


    Marocain résident à l’étranger

    Le chantier sur lequel travaille l’OC concerne l’appréhension des investissements des MRE. Lorsque le MRE agit comme un étranger non résident par apport de devise, on le comptabilise comme un investissement direct étranger. «Mais quand il fait un virement normal sur son compte, et que cet argent est par la suite débité pour l’acquisition d’une maison, on n’a pas la possibilité de le comptabiliser comme un IDE», poursuit le chef du département des statistiques des échanges extérieurs, Norredine Benaceur. D’ailleurs, l’Office, avec le département du Tourisme, mène une enquête auprès des MRE pour mieux décliner la grille des recettes (aide à la famille, recettes voyages…).M. Kd.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc