×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Premier Salon Exposition Télécoms et Réseaux : Le Salon réussit malgré l'absence de l'ONPT

    Par L'Economiste | Edition N°:156 Le 01/12/1994 | Partager

    Le premier congrès/exposition télécoms et réseaux a été clôturé dans un climat de satisfaction. Outre la présence de plusieurs exposants de stature internationale, de grands opérateurs tels que France Télécoms et ATT ont participé. L'absence de l'ONPT, ignorée par les uns et condamnée par les autres, a cependant marqué la manifestation.

    Pour un coup d'essai, l'ANIT (Association Nationale des Ingénieurs en Télécommunications) et ID Com, initiatrices du premier congrès/exposition télécoms et réseaux organisé au Maroc, affichent leur satisfaction. M. Abdelahad Idrissi, président de l'ANIT, n'hésite pas à préciser que "le Salon a été un grand succès". Ce résultat s'explique par l'importance de l'activité télécommunications, la présence des meilleurs spécialistes mondiaux au niveau du congrès et la participation de grands opérateurs comme ATT et France Télécoms. S'y greffent le cadre idéal de la technopole de l'Aéroport Mohammed V et le professionnalisme de la société organisatrice.

    Visiteurs: 65% d'utilisateurs

    Traçant un bilan partiel de la manifestation, Mme Iraki, directrice de ID Com estime à 3.200 le nombre de personnes ayant visité le Salon qui réunissait quelque 30 exposants payants dont 60% d'entreprises de standing international. Elle explique que ce chiffre est encore en dessous de la réalité, d'autant que des sociétés se sont regroupées dans le même stand, à l'image de 6 exposants belges amenés par Bruxelles Technopole. La directrice de ID Com ajoute que 65% des visiteurs sont des utilisateurs, "ce qui montre l'importance des télécommunications dans la vie de l'entreprise". Autres données importantes: 362 personnes ont assisté au congrès animé par 40 conférenciers dont 32 étrangers. Les interventions ont porté sur trois thèmes majeurs: les réseaux d'entreprises, les services sur les réseaux et la téléphonie mobile.

    Etaient présents à l'exposition, entre autres, les constructeurs, les opérateurs, les installateurs, les revendeurs de matériels et les consultants.

    Du point de vue matériel, l'offre était notamment composée de la téléphonie, de la téléphonie mobile, du PABX, des terminaux, des modems, du câblage et des équipements de télécommunications, des logiciels de gestion et des hubs.

    Les entreprises prestataires de services étaient représentées en force avec des offres relatives à la messagerie électronique, aux lignes spécialisées,aux échanges de données informatisées, au facility's management, à l'ingénierie au conseil et au transfert de de données. .

    Dans l'ensemble, les exposants interrogés à l'issu du Salon montrent une très bonne impression. Du point de vue commercial, beaucoup de contacts ont été pris, mais aucun contrat n'a été révélé. Pour M. Patrick Leroy, directeur général de Alfatel, installateur d'équipements terminaux, sa société ne visait pas la conclusion de contrats: "ce n'est pas le genre de Salon pour faire des affaires". M. Hassan Charaf, directeur technique de Vocom, spécialisée dans la télécommunication interactive, estime pour sa part que sa cible, en particulier les banquiers et assureurs, n'était pas très en vue. Dans le même sens, M. Youssef Harti, du département Télécoms de Moena, versée dans les installations téléphoniques et représentant la société suédoise Ericsson, souligne qu'il "n'y a pas eu assez de visiteurs". La satisfaction est certes de rigueur, mais l'absence de l'ONPT, seul opérateur en place, a plané sur la manifestation. A ce titre, Mme Iraki ne se montre pas très affectée par cette attitude. Elle avance avec force et sans détours que "les absences ne sont pas ressenties quand une manifestation est réussie". Et de poursuivre que l'Office a fait un boycott total et inexplicable alors que le Maroc est en plein processus d'ouverture. Dans la même foulée, la directrice de ID Com précise que les étrangers ont été surpris de l'absence de l'ONPT, d'autant qu'il est le premier intéressé par une telle rencontre. Elle note, par ailleurs, que ce comportement "donne une image

    négative du Maroc". Quant à M. Idrissi, qui ne s'étale pas sur cette question, il regrette tout simplement l'absence de ses collègues ingénieurs de l'ONPT du fait que la manifestation est la leur.

    Si certains exposants ignorent ce problème et font remarquer que le faux bond de l'opérateur public est passé inaperçu, d'autres le jugent "inadmissible ou surprenant". En guise d'argumentation, ils soulignent que les divergences survenues, s'il en existe véritablement, auraient pu être surmontées par l'ONPT et au plus haut niveau par le Ministère des Postes et des Télécommunications. Ceux-ci devraient même être les instigateurs d'une telle opération, ou au moins soutenir sérieusement les organisateurs, de manière à préparer les entreprises du secteur à la déréglementation. "Cette démarche prouverait que l'Office mène une politique positive", est-il souligné.

    A.D.N.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc