×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Ports: Enième grève aux lourdes conséquences

Par L'Economiste | Edition N°:1726 Le 16/03/2004 | Partager

. Plus de 10.000 dollars perdus par navire et par jour. C'est ce qui risque de se produire si les remorqueurs exécutent leur menaceLa situation du système portuaire marocain s'aggrave de plus en plus. Outre les problèmes des groupeurs avec les steevedores (cf.leconomiste.com), ce sont les remorqueurs qui montent au créneau cette fois-ci. Ces derniers qui ont observé une grève les 8 et 9 mars rempilent ce mardi 16 mars. Les responsables de l'Union marocaine des travailleurs (UMT), syndicat majoritaire au sein des ports du Royaume, affirment que la grève sera générale. “Tous les salariés des ports de Casablanca, Mohammedia et de Jorf Lasfar ont décidé d'observer une grève de solidarité avec les employés de la société Offshore”, soutient un délégué syndical UMT. Selon ce dernier, les responsables de cette société spécialisée dans le remorquage ne respectent ni le temps du travail ni le taux de rémunération. “Les salariés de cette entreprise travaillent 8 heures et se reposent 8 heures, alors qu'ils devraient avoir un repos de 16 heures. De plus, les salaires sont de 35 à 40% inférieurs à ceux pratiqués par la société concurrente”, ajoute-t-il. Pour étayer ses propos, ce délégué évoque une lettre adressée par la fédération internationale des ouvriers du transport à quelques membres du gouvernement marocain. Et ce, afin de leur “faire part de sa profonde inquiétude quant aux conditions des salariés des compagnies de remorquage dans le port de Casablanca”, comme l'indique son communiqué.Du côté de la direction d'Offshore, la question de réévaluation des salaires ne se pose même pas. “La convention collective évoquée par les grévistes concerne le personnel navigant des navires de Commerce, mais ne s'applique pas aux remorqueurs. De plus, aucune disposition légale ne nous oblige à nous aligner sur la concurrence au niveau des salaires”, fait observer Brahim Soussane Yacoubi, administrateur de l'entreprise. “Les grévistes, dans leurs revendications, souhaitent obtenir 6 millions de DH de plus par an, pour leurs émoluments. Si nous devions le leur accorder, notre société serait en difficulté avec tout ce que cela comporte comme risque pour les salariés en premier lieu”, ajoute Yacoubi. De plus, cette revendication semble impossible à réaliser, vu que la société vient d'investir 120 millions de DH pour le renouvellement du matériel et créer plus de 50 emplois, ces trois dernières années. Le temps de travail aussi incriminé, “est également respecté”, si l'on croit l'administrateur de la société. “Suite à un accord avec les syndicats, il a été décidé d'appliquer les 24 heures de travail et 48 de repos au port de Casablanca et le système 8 jours de travail/8 de repos dans les ports de Mohammedia et Jorf Lasfar. Et ce temps est parfaitement respecté”, affirme-t-il. Quoi qu'il en soit, cette grève, si elle a lieu, “pénalisera ce secteur en mal d'organisation et dont l'opacité finit par décourager les négociateurs les plus téméraires”, révèle un responsable de la direction de la Marine marchande. Mohamed Karia, président d'IMTC, spécialisée dans le transport maritime, n'en pense pas moins. “Ce sont plus de 10.000 dollars par jour et par navire qui seront perdus en cas d'arrêt d'activité”, indique-t-il. Et d'ajouter: “Une grève de solidarité avec les salariés d'Offshore qui ne dépasserait pas une heure est tout à fait acceptable, au-delà, c'est toute une économie qui s'effondre”.«Si cette grève a lieu, elle “pénalisera ce secteur dont l'opacité finit par décourager les négociateurs les plus téméraires”, révèle un responsable de la direction de la Marine marchande«Naoufal BELGHAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc