×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Port de Casablanca
Le détail de la feuille de route

Par L'Economiste | Edition N°:2674 Le 17/12/2007 | Partager

. Le levier de la tarification pour dissuader les stockeurs . Un contrôle simultané et hors zones d’exploitation UNE batterie de mesures, un timing précis et un comité de suivi pour veiller à la bonne exécution. C’est l’esprit et la lettre de la feuille de route signée vendredi entre l’Administration, la collectivité portuaire et l’organisation patronale. Objectif, réduire le délai de séjour dans le port de Casablanca, et tout particulièrement pour le trafic des conteneurs. Il dépasse de très loin la norme internationale: 13 jours contre 4 à 6 en moyenne dans des ports similaires. Cependant, «la croissance du trafic n’explique pas tout», constate Moulay Hafid Elalamy, président de la CGEM. Le système d’exploitation, mais aussi d’utilisation de l’outil portuaire, comportent de nombreux dysfonctionnements. Et relèvent de la responsabilité de tous les intervenants: opérateurs de terminaux, agents maritimes, administrations publiques, ainsi que les importateurs, leurs banques et leurs transitaires. Aussi, trois axes d’intervention sont-ils ciblés par la feuille de route. Tout d’abord, des mesures pour assurer la fluidité du circuit documentaire. Cela nécessitera la mise en œuvre de mesures réglementaires et d’allégement des procédures dès janvier 2008. Et les actions identifiées concernent la mise en service par Marsa Maroc d’un site web et d’un service SMS pour une information en temps réel sur la situation d’un conteneur. De leur côté, les agents maritimes seront tenus de communiquer systématiquement à l’opérateur du terminal toutes les informations sur les navires et les cargaisons avant leur arrivée au port. Ces agents maritimes auront même la responsabilité de l’opération de visa de reconnaissance, mais à partir du mois de février 2008. Une autre source de gain sur le délai de séjour est aussi recalé au mois de juin 2008: l’accélération des procédures bancaires qui se font en amont du visa de reconnaissance, pour passer à un maximum de trois jours, au lieu de six et demi actuellement. L’amélioration du système de contrôle constitue ensuite le second axe des mesures définies. Afin d’optimiser le contrôle physique, les départements administratifs concernés doivent mener simultanément leurs interventions. Dans des zones spécifiques, mais aussi sur camions. Et l’on envisage même de mettre en place une procédure «grands clients». Histoire d’appliquer un contrôle a posteriori en faveur des opérateurs rompus au respect des normes. Le troisième axe porte enfin sur la libéralisation des espaces portuaires. Deux mesures seront effectives dès janvier 2008. Il s’agit de réduire le délai de séjour légal de 60 à 45 jours et d’opérer la vente, l’évacuation ou la destruction des marchandises en souffrance avant le 1er janvier 2008. L’autre mesure a trait à la mise en œuvre, courant 2008, d’une tarification de magasinage basée sur l’encouragement des bons usagers du port, et la pénalisation des opérateurs qui s’en servent comme enceinte de stockage bon marché.


Phases

LES phases constituant le délai de séjour se répartissent comme suit:la phase située entre le pointage de la marchandise et la date du visa s’étale sur une moyenne de 6,1 jours. Elle aliène la responsabilité des banques et transitaires. Entre le visa et la facturation, la durée est de 5,7 jours. Et entre la facturation et la sortie, il faut 1,5 jour en moyenne.A. G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc