×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Pêche côtière: Les opérateurs montent au créneau

Par L'Economiste | Edition N°:1739 Le 02/04/2004 | Partager

. Ils protestent contre le nouveau plan d'aménagement.... ...et menacent d'observer un arrêt de pêche . Le ministère de tutelle campe sur sa position Branle-bas de combat chez les opérateurs de la pêche côtière. La colère gronde dans le milieu. Tous les opérateurs de filière protestent avec véhémence contre le nouveau plan d'aménagement et d'exploitation de la pêcherie céphalopodière. La nouvelle stratégie a été adoptée “en leur absence sans leur concertation”. “Nous condamnons fermement cette marginalisation et les circonstances dans lesquelles se sont déroulées les réunions du gouvernement avec le lobby des hauturiers”, déplorent-ils. Contacté par L'Economiste, le ministère de la Pêche maritime semble camper sur sa position. Pour ses responsables, le plan établi reflète toutes les tendances, et ils assurent que l'ensemble de la profession a été associé à l'élaboration de la stratégie. Ceci contrairement à ce qu'avance la confédération qui qualifie la nouvelle stratégie d'injuste. Pour les opérateurs, “ce plan spolie les droits séculaires de la pêche côtière pour renforcer ceux de la pêche hauturière”. “L'instauration de zoning pour ce segment de pêche va à l'encontre du principe de base qui attribue à cette filière le droit de pêcher sans restriction”, souligne un armateur. Selon le ministère, il est difficile de faire adhérer toutes les parties concernées, mais l'autorité régulatrice du secteur a pris ses responsabilités. A noter que ce document (cf. édition du mardi 30 mars: www.leconomiste.com) définit les mesures à prendre, et surtout à respecter pour préserver le poulpe. Pour rappel, les principales dispositions concernant la pêche côtière sont la limitation du nombre de bateaux autorisés à pêcher le poulpe à 100 unités avec instauration du système de zoning, sans oublier la réduction de 50% du quota de poulpe alloué, fixé dorénavant à 5.500 tonnes par an. Pour défendre leurs acquis, les opérateurs de la pêche côtière menacent d'observer un arrêt de pêche, mais auparavant, une réunion de la Confédération nationale est envisagée. Pour eux, la nouvelle stratégie met en danger l'avenir de plusieurs milliers de personnes: “car la filière risque de ne plus atteindre le seuil de rentabilité et se voir forcée à l'arrêt”. “Le manque à gagner va être total si ce système de zoning est mis en place. En dehors du poulpe, il y a 120 espèces à pêcher dans les zones que l'on veut nous interdire!”, tonne un professionnel. Celui-ci rappelle que le chiffre d'affaires à l'export de la filière était jusqu'à présent de 6 milliards de DH par an. C'est un véritable bras de fer qui se profile dans les prochains jours entre les armateurs de la pêche côtière et les pouvoirs publics. Une lutte à laquelle vont sûrement se joindre les marins de la pêche hauturière qui considèrent leur activité également menacée (www.leconomiste.com, édition du 30 mars). La bataille du poulpe ne fait que commencer.


Agadir: Centre de valorisation des produits de la mer

Le Centre spécialisé de valorisation et de technologie des produits de la mer (CSVTPM) d'Agadir, inauguré récemment par le Souverain, a désormais un comité de gestion. L'instance a été constituée mercredi dernier en présence de Taïeb Rhafès, ministre de la Pêche maritime. L'établissement a pour mission d'entreprendre des études et des recherches dans le domaine de la transformation et la valorisation des produits de la mer. Il a de même pour objectif de contribuer à l'optimisation des activités de l'industrie de transformation. “Reste que sans matière première, cette filière ne pourra guère se développer”, déplore un opérateur. Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc