×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Pauvreté à Ben M'Sik: Troisième opération

Par L'Economiste | Edition N°:519 Le 01/06/1999 | Partager

· Coût de la première phase: 1,6 million de DH

· Le bidonville au coeur du programme


C'est ce lundi 31 mai que le programme pilote de lutte contre la pauvreté en milieu urbain et périurbain(1) a lancé sa troisième opération au niveau de la Municipalité de Ben M'Sik à Casablanca. Le projet concerne l'amélioration du système d'assainissement et de protection sanitaire de la population du bidonville de Ben M'Sik. Etalée sur douze mois, l'action vise l'élimination de l'écoulement superficiel des eaux usées à travers la réfection des égouts et la réparation des conduites dégradées. M. Mohamed Bouja, coordonnateur local du programme annonce aussi l'aménagement pour le 22 juin prochain d'une infirmerie au centre du bidonville. Cette installation disposera d'un médecin et de deux infirmiers. L'objectif, précise le coordonnateur local, est "la prévention des maladies, particulièrement infantiles, en plus de la sensibilisation de la population aux problèmes d'hygiène et de la planification familiale".

Le montant global de l'enveloppe financière allouée à cette opération est estimé à 429.595 DH. La contribution du programme s'élève à 45.900 DH. La différence est cofinancée par la Municipalité et l'Association Lion's Club Casablanca Espoir. Les contributions de ces deux partenaires consisteront en l'ingénierie technique, la fourniture du matériel médical et de médicaments pour l'Association ainsi que la réparation des blocs d'hygiène et la mobilisation d'un médecin pour la Municipalité. M. Bouja précise que cette opération a été précédée par deux autres lancées le 8 avril 1999. La première, d'une durée de 18 mois, porte sur l'alphabétisation du personnel de la Municipalité de Ben M'Sik. "Actuellement, deux classes d'une moyenne de 22 personnes chacune sont constituées. Outre l'alphabétisation, nous escomptons, à travers cette opération, la mobilisation du personnel bénéficiaire comme relais auprès de la population de Ben M'Sik pour les campagnes de sensibilisation", indique le responsable du programme. Le chef de file de cette opération, dont le coût est estimé à 500.200 DH, est l'association Essalam. La deuxième action déjà entamée, quant à elle, concerne le renforcement de la structure du centre de formation professionnelle El Koudia. Le programme vise ainsi l'intégration des femmes, issues de milieux défavorisés, au marché du travail via une formation professionnelle "moderne" dans les métiers de la confection, la création des unités de confection ainsi que la commercialisation de leurs produits. Selon M. Bouja, cette opération permettra la création de 150 postes d'emploi et d'une coopérative de femmes. Pilotée par l'Association Lion's Club, l'opération est menée en partenariat avec l'Entraide Nationale et la Municipalité. Son coût total est estimé à 703.800 DH.


(1) Le programme est lancé sur trois sites pilotes. Outre celui de Casablanca, sont également concernées Marrakech et Tanger. Ce programme est mené conjointement par le Ministère du Développement Social et le PNUD.


Le calendrier de juin


Au cours de ce mois de juin, le programme prévoit le lancement de six actions simultanées, lesquelles "n'attendent plus que la signature des conventions entre les partenaires concernés", précise le coordonnateur du programme. Parmi les projets-phares de cette seconde phase, figure l'aménagement, au profit des personnes handicapés, d'un centre de formation en informatique dont la capacité d'accueil est de soixante personnes. Etalé sur deux ans, le coût de ce projet est estimé à près de 350.000 DH. Est prévue également l'introduction d'une technique de ramassage des ordures qui sera adaptée à la situation du bidonville. "Nous allons utiliser des moteurs triporteurs-bennes capables de circuler entre les ruelles étroites du bidonville. A cela s'ajoute l'organisation, tous les deux mois, de journées de formation et de sensibilisation".

Aniss MAGHRI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc