×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Oujda récupère son domaine public

    Par L'Economiste | Edition N°:2290 Le 05/06/2006 | Partager

    . Une vaste opération d’assainissement urbanistique. Objectif : Libérer l’espace occupé illégalement A Oujda, il n’y a plus de trottoirs. Et les piétons sont contraints de partager la chaussée avec les automobilistes et motocyclistes, au péril de leur vie. L’image de la ville aussi en prend un coup et offre une architecture urbanistique désorganisée. Aujourd’hui, les autorités ont décidé de mettre de l’ordre. Et nombreux sont les propriétaires d’habitations ou de commerces qui tremblent aujourd’hui après l’annonce d’un assainissement lancé par la ville. Oujda en effet fait valoir ses droits et entend récupérer, sans concession, ses biens publics. Et cela concerne toute la ville. A noter, toutefois, qu’une campagne d’information et de sensibilisation est menée depuis décembre auprès des populations. Les contrevenants ont été invités à libérer le domaine public. Mais apparemment, le conseil n’a pas été suivi. Aussi, les autorités ont-elles décidé, cette semaine, de prendre le taureau par les cornes et d’agir. Une commission tourne dans la ville et procède à la destruction des terrasses, des jardins informels et des enclos illégaux. Des bulldozers passent là où les contrevenants refusent d’obtempérer.  L’opération pour laquelle ont été mobilisés d’importants moyens logistiques et des ressources humaines nécessaires, se poursuit toujours et semble aboutir aux résultats escomptés. De nombreux citoyens ont libéré l’espace public qu’ils occupaient illégalement, d’autres ont vu des engins, mobilisés à cet effet, s’en charger. Selon une source proche du dossier, aucun cas ne fera l’exception. Aujourd’hui, la ville d’Oujda veut retrouver son lustre d’antan et se positionner comme une ville où il fait bon vivre et qu’on aime visiter.De notre correspondant,Mohammed Zerhoudi

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc