×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Affaire Palais des Roses
    Prêt pour la liquidation?

    Par L'Economiste | Edition N°:2290 Le 05/06/2006 | Partager

    . Le syndic remet au juge un rapport sur l’état des lieux . Rien n’a changé depuis la mise en redressement judiciaire Six mois après sa mise en redressement judiciaire, l’hôtel Palais des Roses d’Agadir ne sort toujours pas la tête de l’eau. Le prolongement des litiges opposant les deux ex-associés, Azzedine Lakhouaja et le groupe Dallah El Baraka et le «ras le bol» des fournisseurs, qui ne sont toujours pas payés, pourraient bien convaincre le tribunal commercial de prononcer la liquidation judiciaire de cet établissement. D’ailleurs, c’est demain, mardi 6 juin, qu’aura lieu une énième audience dans ce sulfureux dossier. La semaine dernière, le syndic nommé par le tribunal pour assurer le redressement judiciaire a expliqué au juge «combien il lui était difficile d’accomplir sa mission», confie une source judiciaire. Selon celle-ci, «Lakhouaja n’a pas vraiment aidé le syndic en refusant de lui soumettre les comptes du Palais des Roses». Transmis au tribunal de commerce d’Agadir le 17 mai dernier, le rapport du syndic dont L’Economiste détient une copie, précise que «la multiplication des procès entre les associés complique la gestion et porte un coup dur à l’activité». Le rapporteur estime aussi que la création de sociétés pour la gestion du Palais des Roses ne constitue pas une bonne solution puisqu’elle multiplie les intervenants dans cette unité et, par conséquent, brouille un peu plus les rapports entre les associés. «Pis encore, la multiplication des sociétés de gestion au sein même du Palais des Roses laisse croire que celles-ci n’ont aucune existence réelle», ajoute le rapport du syndic. Par ailleurs, même si le juge commercial décide de liquider cet établissement, les litiges opposant les deux associés ne risquent pas de disparaître. L’hôtel “Palais des Roses” est en effet en proie à une dizaine de litiges commerciaux qui traînent devant les tribunaux de Marrakech et Agadir depuis plusieurs années. La justice traite des dossiers opposant les deux actionnaires, d’une part. De l’autre, un contentieux oppose la société “Palais des Roses International” à ses créanciers et fournisseurs. Mais ce n’est qu’en 2005 qu’un volet de cette tumultueuse affaire est passé au pénal avec l’arrestation d’Azzedine Lakhouaja en septembre de la même année. Lakhouaja sera relaxé après paiement d’une caution de 10.000 DH, mais il doit toujours répondre à des accusations de “mauvaise foi dans la gestion de biens sociaux” et “abus de confiance”. Naoufal BELGHAZI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc